Monthly Archives: décembre 2008

Zeblog dans Plongée Mag !

zeblog-plongee-mag

C’est avec grande joie, qu’ayant reçu le dernier opus de Plongée Mag, je découvris un petit article concernant mon blog ,dans leur rubrique Internet, la sélection d’Éric Beracassat. De quoi m’encourager à  continuer et approfondir ce blog qui rappelons-le a pour but de faire partager mes passions que sont la biologie, la plongée et la photo sous-marine. Donc un grand Merci à  l’équipe de Plongée Mag.

Ce n’est que ma deuxième parution, mais au moins deux autres sont à  venir, avec un article bio dans le prochain Chercheurs d’eau et une photo dans le prochain Tribu Snorkeling… Je ne manquerai pas de vous en faire part en temps voulu !

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Dernière plongée 2008… ou pas !

C’est avec cette idée que nous partâmes dimanche dernier en fin d’après-midi, Minimouss, Marco « Le Poulpe » et moi, histoire de bien finir l’année. Coup de bol, après plusieurs jours de mistral, le vent s’est complètement calmé depuis le matin… et la température est plutôt clémente pour cette période, c’est à  n’y rien comprendre… m’enfin !

C’est sur la petite plage de la calanque de Figuerolles que nous nous mettons à  l’eau, un coin cher à  Marco. C’est donc ici que Minimouss s’engage pour sa première nocturne… et pour une nocturne, c’est une nocturne… le noir complet sur la plage, le restaurant juste au-dessus étant fermé. Avec les pluie des jours d’avant, le petit canyon dans la calanque coule à  plein flots ! Et d’ailleurs, lorsqu’on se retrouve à  l’eau, troublante   surprise… la surface est recouverte d’eau douce, ce qui fait que tout parait trouble (l’eau douce ne se mélange pas à  l’eau salée).

La plongée sera relativement courte, l’eau est froide et au bout de 20min Minimouss ne sent plus ses pieds. Hop, fin de plongée. Mais les sensations étaient quand même là  ! J’ai pu voir au passage une petite seiche sur le sable et des branches de … pins: la tempête quelque jours avant a du être terrible, un pin énorme sur la plage a été complètement cassé par le vent.

Une fois sorti de l’eau, et à  nouveau dans un accoutrement normal… rejoins par Alain « Le Bocal » , retour sur la plage avec du matos différent… à  nous le barbec !!! Et là  je peux vous dire qu’avec Marco aux commandes, on s’est bien régalé, et on en garde un super souvenir. Merguez, côtelettes, patates à  la russe, pompe, dattes grillées,… juste pour vous mettre l’eau à  la bouche :-)

Voilà  pour notre dernière sortie aquatique de l’année, à  moins qu’on se fasse plaisir encore une fois la semaine prochaine… pourquoi pas !!!

Des articles qui pourraient vous intéresser :

150 pour ZeSea !

Pour cette fin d’année qui arrive à  grands pas (vivement les beaux jours ! Oui l’hiver c’est pas mon truc…), je voulais vous faire part d’un petit évènement personnel on va dire, qui concerne mon site, ZeSea. Je viens en effet de franchir les 150 espèces photographiées, rien d’extraordinaire au vu du nombre que je peux croiser, mais c’est quand même pas mal !!! L’embranchement qui arrive en tête est celui des poissons avec pour le moment 54 espèces, puis les cnidaires, les mollusques et les éponges, etc… A croire que je ne suis pas très doué pour repérer les bryozoaires… seulement 3 espèces ! Je vais m’en occuper !!! ;-)

Rendez-vous sur www.zesea.com

haut

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Rencontre hippique !

Hippocampe moucheté

Après plusieurs rencontres avec les hippocampes du Frioul ces dernières semaines, je voulais revenir un peu sur ce petit animal atypique.

Celui que l’on appelle communément « Cheval des mers » à  cause de la morphologie de sa tête et sa posture, appartient à  l’embranchement des poissons, mais contrairement à  la plupart des poissons, celui-ci ne possède pas d’écaille, mais de splaques osseuses sous la peau, qui lui donnent également sa forme.

Les hippocampes sont plutôt rares, du fait de leur fragilité, et l’on ne sait que peu de choses sur eux. Ils vivent en général près des herbiers, comme la posidonie, où ils aiment se camoufler en enroulant leur queue préhensile autour des feuilles. On peut les voir aussi se balader sur les fonds sableux, où ils se déplacent à  faible allure, en agitant leur fine nageoire dorsale.

Mais ce qui reste le plus étonnant,   et aussi le plus emblématique chez eux, c’est leur mode de reproduction. En effet, il existe des individus mâles et des individus femelles, et fait assez rarissime chez les animaux, c’est le mâle qui va se charger de couver les Å“ufs. Lors de l’accouplement, la femelle les lui transmettra à  l’aide d’un canal, et le mâle les récoltera dans sa poche incubatrice située sur le ventre. Il les gardera environ 4 à  5 semaines.

Si vous avez la chance d’en croiser en Méditerranée, en premier lieux ne les toucher pas, ils sont fragiles, et il vaut mieux éviter de les déranger. Ensuite, vous pouvez les signaler à  l’Association Peau-Bleue qui se charge de les recenser et de les étudier… Patrick Louisy se fera un plaisir de vous remercier, et vous aiderez ainsi à  comprendre un peu mieux le mode de vie des hippocampes.

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Seayoo.com

Un nouveau site vient de voir le jour, grâce à  son créateur qui n’est autre que Michel Braunstein, le photographe sous-marin. Il s’agit d’une communauté qui vise à  rassembler les plongeurs du monde entier.

On peut insérer différentes infos dans son profil, comme les spots de plongée préférés, les magasins, on peut également trouver les plongeurs inscrits dans sa région, etc…

N’hésitez pas à  vous inscrire …

SeaYou later !

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On GooglePlusVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeCheck Our Feed

Abonnez-vous aux articles !

Sponsors

PARTENAIRES

  • Plongimage
  • DYRON
  • ISOTTA
  • RECSEA
  • Chercheurs d'eau

Le Mag’ Scuba People

LE MAG'