Monthly Archives: juin 2010

Snorkeling à  RODRIGUES

Cotton Bay, une plage idylliqueLors de mon récent passage sur l’île Rodrigues, nous avons essayé de visiter tout ce que nous pouvions pendant cette semaine trop courte. Oui, c’est toujours trop court les semaines quand on est sur une île tropicale… Réserve des tortues géantes et ses grottes, Port-Mathurin et son marché du samedi matin, St-François, Trou d’argent… à  pied ou en scooter, nous avons fait le tour de l’île. Avec nos plongées le matin, les journées furent bien remplies. Entre temps, la météo a fait des siennes.

Mais voilà  : au pied de notre plage… un lagon ! Impossible de ne pas aller explorer ce bassin naturellement protégé par la barrière  corallienne, très peu profond. Ici, sur la baie de Coton, c’est l’endroit où le lagon est le plus étroit. Les vagues puissantes se brisent à  environ 200m de la plage, alors qu’à  l’ouest le lagon fait plus de 12km de long !

C’est en snorkeling, de l’eau jusqu’à  la taille la plupart du temps, à  marée basse (montante de préférence, vous ne risquerez pas de vous faire emporter par le courant, là  au pire vous vous  échouerez  sur la plage !), que j’ai parcouru une bonne partie de la baie de Coton. J’ai d’ailleurs commencé à  pied, en inspectant les quelques rochers volcaniques qui barrent la plage en son milieu… juste par curiosité. J’ai eu la surprise d’y découvrir au-dessus de la surface, quelques petits poissons se tortillant sur le basalte mouillé dès mon approche. Des blennies intertidales, qui ont la particularité de pouvoir rester un moment hors de l’eau, se font dorer sous le soleil du matin.

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Read more ...

Baptême de plongée : faites vos premières bulles…

On se sent fortVous rêviez de faire vos premières bulles depuis longtemps ? C’est le grand jour, vous allez enfin pouvoir goûter aux plaisirs de la plongée et téter vos premières goulées d’air comprimé… décomprimé pour l’occasion ! Mais la peur d’un monde inconnu vous envahie… respirer là  où normalement on ne peut pas respirer est certainement le cap le plus dur à  passer pour la plupart. En plus vous aller vous retrouver avec une bouteille d’acier d’une quinzaine de kilos sur le dos, fixée à  un gilet « air bag », et un tuyau dans la bouche qui vous rendra tout sauf sexy !

Read more ...

Le poisson-flûte : chef d’orchestre ou pas ?

Poisson-flute

Poisson-flute


 

Lors de mon récent passage sur l’île Rodrigues, j’ai eu l’occasion d’aller explorer le lagon, devant le Cotton Bay, de nuit. J’y reviendrai plus en détails bientôt, et vous raconterez les rencontres que l’on peut y faire. Ce dont je veux vous parler à  cet instant, c’est une observation pour le moins étrange…

J’étais donc en apnée, dans ce lagon peut profond, en train d’observer ce poisson étrange qu’est le poisson-flûte, Fistularia commersonii. C’est d’ailleurs l’espèce qui a été observé à  plusieurs reprise en Méditerranée, preuve qu’il a migré depuis la Mer Rouge, par le canal de Suez. C’est ce qu’on appelle une espèce « lessepsienne ».

Surpris en plein sommeil, il était alors facile de les approcher. M’approchant d’un peu trop près du premier, le voici détalant d’un coup de queue pour me fuir. J’ai alors eu l’impression d’entendre un bruit inhabituel sous l’eau… J’ai peut-être rêvé, ou bien en bougeant en surface, j’ai peut-être fait un bruit me semblant bizarre.Poisson-flute, variation de couleurs

Poissons-flute, de nuit.Quelques secondes plus tard, ce même bruit ce faisait entendre alors que je faisais fuir un autre poisson flûte… Il fallait bien que je vérifie… Mea Culpa. Un son de « trompette » retentit alors au moment de la fuite. Et me voici en plein concerto au milieu de tout ces poissons-flûte que je pris un malin plaisir à faire fuir. C’est pas très beau… mais pas bien méchant non plus, moi qui ait l’habitude de ne jamais rien toucher sous l’eau. Et pour être sûr de ne pas rêver, je demandais à Philippe qui était avec moi, et sa fille Marine (une future biologiste marin… mais patience elle n’a que 11 ans !), de vérifier. Après deux échecs, il me fait signe qu’il a entendu le bruit.

A quoi sert-il ? Faire fuir un prédateur ? Un moyen de communication ?

J’en ai parlé avec Patrick Louisy, qui me disait ne jamais avoir remarqué ce phénomène chez cette espèce. Cependant, en plongée bouteille, on a surement moins tendance à les effrayer qu’en apnée et de nuit.

Auriez-vous déjà remarqué un bruit de trompette ou quelconque autre instrument chez cette espèce ? N’hésitez pas à  laisser vos témoignage !

 

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Read more ...

Opération hippocampes dans l’étang de Thau

Hippocampe mouchetéSamedi 05 juin 2010, départ de Marseille à  06h30. Nous partons sur la route nous menant à Sète, au bord d’un étang bien connu des plongeurs « bio », Thau. C’est une des plus grandes réserves d’hippocampes d’Europe, et nous avons rendez-vous avec Patrick Louisy, LE spécialiste des poissons, pour participer à son étude Hippo-Thau sur les syngnathidés dans l’étang. Au programme, nous commencerons par une formation sur la méthode des transects, et sur la description des micro-habitats.

Nous partons alors pour une première plongée à l’anse du Barrou. Je ferai avec Minimouss 3 transects, et nous y verrons un hippocampe en fin de plongée. Un mâle incubant. Chez les hippocampes, la femelle pond les oeufs dans la poche incubatrice du mâle qui les garde jusqu’à  l’éclosion.

L’étang est une lagune d’eau salée, de profondeur moyenne de 4,5 m. La faune y est plutôt impressionnante. Outre les hippocampes que l’on est quasiment sà»r de rencontrer pour peu que l’on cherche un minimum, les syngnathes aussi sont très fréquents. Les lièvres de mer ce jour-là  étaient en pleine reproduction, on a pu en rencontrer plusieurs dizaines. Il faut dire aussi que les fonds sont favorables à  la vie. Le sable et la vase accueillent une multitude de mollusques (coquillages, limaces), les algues telles que des ulves, des algues brunes et rouges sont le domaine des lièvres, de poissons (gobie, labres, hippocampes,…) et enfin, la présence d’herbiers de zostère (naine et grande), permet également la présence d’espèces adaptées comme les anémones d’herbiers, les syngnathes verts qui miment les feuilles, ou encore de petites limaces….Labre en direction de son nid

Après 82 min de plongée, et sous le conseil de Patrick, nous dégustons une tielle… une spécialité du coin, que je ne connaissais pas ! Une petite tourte  fourrée  d’une garniture de calamars et de sauce tomate épicée. Bref, un délice…

L’après-midi, nous repartons sur le site du Ponton, c’est Hélène Caillaud qui nous guidera sur son « home spot ». Entre le phare et le ponton, nous passerons plus d’une heure à  fouiller entre les blocs rocheux dans 4m de fond.  C’est un endroit plus riche qu’au Barrou, mais c’est aussi l’endroit où il y a le plus de plongeurs… en général. Ce samedi, malgré le grand beau temps, nous n’en croiserons que 3.

C’est véritablement un bonheur sous la surface. Bien que la visibilité ne dépasse pas vraiment les 4-5m, il est facile de voir évoluer la faune à  chaque recoin. Des labres qui font leur nid au milieu d’un champs d’ulve qui ressemble à un nuage de fluoroceïne, un syngnathe vert qui se prend pour une feuille de zostère, les blennies paon mâle arborant leur haut de forme sur la tête… En plus, le site ayant servi de décharge sauvage, on retrouve un grand nombre d’épaves sous la surface (voiture, bateau, pneus…). Même si cela n’est pas très ragoutant, il est intéressant de voir à  quel point chaque substrat, qu’il soit naturel ou artificiel, est colonisé. Même un simple gobelet devient un abris pour un gobie ou un oursin, alors qu’une corde abandonnée devient support idéal pour une colonie de clavelines. C’est un peu notre Lembeh local…

Je n’y avait jamais mis les palmes… je pense que je ne vais pas tarder à  y retourner !

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Read more ...

Plongée bio : Nocturne à  Figuerolles

C’était il y a déjà  quelques jours, avec Oriol Torrents, une plongée dans la calanque de Figuerolles vers 22h. Pour un coup (et surtout parce que je suis un peu à  la bourre), je vais laisser parler les images de cette superbe plongée. De toute façon, nous allons remettre ça rapidement !

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Read more ...

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On GooglePlusVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeCheck Our Feed

Abonnez-vous aux articles !

Sponsors

PARTENAIRES

  • Plongimage
  • DYRON
  • ISOTTA
  • RECSEA
  • Chercheurs d'eau

Le Mag’ Scuba People

LE MAG'