Monthly Archives: avril 2012

Plongée aux Philippines : direction les Visayas !

logo_sea_explorers_web

Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, voici le drapeau des Philippines ! Non, je ne vais pas me recycler en géographe, bien que je sois un ange (!)… Je vous présente simplement ma prochaine destination plongée. Départ dans quelques jours…

C’est au coeur de cet archipel de plus de 7000 îles, situé en Asie aux portes de l’océan Pacifique, non loin de la fosse des Mariannes que Cameron vient de visiter, que nous allons tremper nos palmes. Et plus particulièrement, dans la célèbre région connue des plongeurs appelée « Las Visayas ».

Nous plongerons avec Sea Explorers à Cabilao, petite île située à proximité de Bohol, et ensuite à Dauin sur l’île de Negros. A priori, nous ne rencontrerons pas vraiment de « gros » (dans le langage du plongeur, le « gros » signifie en général la faune pélagique: requins, mantas, thons, carangues, etc…). En revanche, ces destinations sont réputées pour abriter une grande variété de petite faune. Hippocampes pygmés, frogfish, nudibranches, crustacés, etc… Un vrai paradis pour les plongeurs « bio »…

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Saména… plongée bio !

Caprelles

Caprelles

Et voilà… de la grisaille, de la pluie… j’en étais presque à me demander si j’allais vraiment partir plonger en cette fin de matinée de printemps. Heureusement, les températures sont remontées, et l’eau « culmine » désormais à un honorable 14°C ! Allez hop, j’y vais…

Ce qui me motive dans ces cas là, c’est que généralement, lorsque j’hésite en raison de conditions qui ne font pas forcément rêver, je fini toujours la plongée avec une bonne dose de satisfaction. C’est souvent dans ces cas-là que je fais les plus belles ou plus rares rencontres…

J’y vois là un signe de retour de cette mer que j’aime tant ! Bref…

Et ce fût encore le cas aujourd’hui ! Finalement, je m’immergeais au sud de Marseille, avec une visibilité pas top, et je décidais de rester le nez collé au sable histoire de ne rien manquer… ou presque.

Et voilà le résultat en photo, avec  encore une fois, deux ou trois espèces que je n’avais jamais vu comme ces caprelles ou bien cette facéline élégante ! Une vrai plongée bio…

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Caisson RECSEA pour Canon S100 : le test !

Le Canon S100 et son caisson Recsea

 

Canon S100 et caisson Recsea

Ce compact expert dernière génération ne pouvait exister sans un caisson sous-marin pouvant satisfaire les photographes les plus exigeants. C’est ce qu’a réalisé le fabricant japonais Recsea, avec cet « habillage » criant de solidité et de précision. (ENGLISH VERSION)

Avec son design soigné en aluminium noir anti-corrosion, le caisson s’ouvre tout d’abord à l’aide d’une charnière sécurisée qui permet même de décoller automatiquement la porte arrière (1=fermé, 2=ouvert, 3=décoller la porte), et l’on y découvreun double joint torique. L’appareil vient s’y encastrer parfaitement et la fermeture se fait aussi simplement que l’ouverture.

La prise en main du caisson est excellente, optimisée par un renfort sur lequel viennent se poser les doigts, à l’avant comme à l’arrière, et également par une taille réduite (132x87x88mm).

Le gros avantage avec ce caisson, c’est que toutes les fonctions de l’appareil sont directement utilisables via les commandes (d’autres caissons ne le permettent pas, il faut alors entrer dans les menus pour modifier les réglages… possible donc, mais plus fastidieux !).

Le bouton du déclencheur peut surprendre un peu au début, avec une course très courte (comparée à l’Ikelite), mais cela s’avère au final un gain en termes de rapidité de prise de vue. La commande de zoom se situe juste à côté, et revient automatiquement en place.

3 molettes, très précises, sont disponibles : une première située au-dessus du caisson permet de choisir le mode de prise de vue. Une deuxième à l’arrière permet de naviguer dans le menu et par défaut de modifier la vitesse de prise de vue. Enfin, à l’avant autour du hublot, une grosse molette permet de modifier par défaut l’ouverture. Bien sûr, ces deux dernières molettes peuvent être configurées sur l’appareil par l’utilisateur.

La molette arrière et le bouton vidéo

A l’arrière, un bouton rouge actionne directement la vidéo. C’est en effet une nouveauté sur le S100, la vidéo peut être déclenchée instantanément depuis n’importe quel mode.Cache-flash et prises pour fibres optiques

Le flash interne de l’appareil peut être utilisé sans problème, avec un diffuseur particulièrement efficace, limitant au maximum les zones d’ombre. Deux flashs externes peuvent être reliés via un petit cache qui se visse devant le flash interne, et qui accueille directement les deux fibres optiques nues. Aucun besoin de prise spécifique !

Enfin, le hublot est en 44mm et accueille un adaptateur 67mm fabriqué par Dyron permettant de visser divers compléments optiques.

Le caisson est étanche à 100m et garantie opérationnel à 60m. Au-delà, il se peut que certaines commandes puissent ne plus fonctionner correctement à cause de la pression.

Malgré un tarif plus élevé que les autres caissons, ce caisson Recsea jouit d’une fiabilité et d’une précision qui raviront ses utilisateurs. Il s’agit d’un véritable caisson expert pour un appareil compact expert .

Mise en place de l'appareilLa face arrière du caisson recseaMise en place de l'appareil

N’hésitez pas à vous abonner au blog pour recevoir une alerte mail lorsqu’un nouvel article paraît  ;)


 

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On GooglePlusVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeCheck Our Feed

Abonnez-vous aux articles !

Sponsors

PARTENAIRES

  • Plongimage
  • DYRON
  • ISOTTA
  • RECSEA
  • Chercheurs d'eau

Le Mag’ Scuba People

LE MAG'