Astuces photosub Photographie sous-marine

Balance des blancs : réglages pour la photo sous-marine

Balance des blancs en photo sous-marine

Le réglage de la balance des blancs est souvent délicat, surtout lorsque l’on débute en photo sous-marine. Combien de fois ai-je du répondre à la sempiternelle question : « Au secours, pouvez-vous m’aider, mes photos sont toutes bleues ! ». Et je comprends toute la frustration lorsque l’on est déçu du résultat devant son écran. Il existe différents moyens de bien régler sa balance des blancs, que ce soit pour la photo ou la vidéo. Voici quelques astuces qui vous aideront..

  • C’est quoi la balance des blancs ?

La balance des blancs (BDB ou WD en anglais pour White Balance) permet d’étalonner la dominante de couleur par rapport à la lumière ambiante. Chaque source de lumière (soleil, ampoule basse consommation, néon, etc…) possède une longueur d’onde différente des autres, donc une couleur différente. Nos yeux ne perçoivent pas ces différences, où du moins nous ne nous en rendons pas compte, puisqu’ils les corrigent en temps réel… La BDB permet cette prise en compte afin de restituer les bonnes couleurs sur la photo.

Voici un graphique présentant la position de différentes sources lumineuses sur le spectre lumineux :

Balance des blancs

Source : http://team-photo-graphe.com/regler-la-balance-des-blancs-en-5-minutes/

La prise de vue sous-marine implique des contraintes de lumières, avec les couleurs chaudes (Températures de couleurs faibles) qui disparaissent petit à petit dès les premiers centimètres sous la surface. C’est pour cette raison, que même à quelques mètres de profondeur, les photos sous-marines apparaissent vite très bleues en lumière naturelles (sans utilisation de flash). Il faut alors donner quelques informations à l’appareil photo afin que celui-ci corrige la colorimétrie.

  • Régler la balance des blancs lors de la prise de vue

Tous les appareils photos sont pourvus d’un menu permettant d’ajuster la balance des blancs. L’onglet est souvent facilement reconnaissable et accessible dans le menu. On y retrouve un certain nombre de pré-réglages à utiliser selon les types d’éclairages :

  • Auto : laisse la gestion de la bdb à l’appareil photo
  • Ensoleillé : pour photographier lorsque le soleil est haut et le ciel bien dégagé
  • Flash : permet de compenser la lumière froide émise par le flash
  • Nuageux : corrige la dominante bleue lorsque le ciel est chargé en nuages
  • Ombre : pour réchauffer la scène en condition ombragée
  • Fluorescent : quand la scène est éclairée par un néon ou encore une ampoule basse consommation
  • Incandescent : en intérieur en présence d’ampoules à incandescence
  • Bougie : permet de refroidir la couleur de la scène en enlevant la dominante orangée
  • Personnalisé : vous choisissez vous-même la température de couleur de la scène… pour les photographes expérimentés.

Ces différents modes, hormis le dernier, sont là pour vous faciliter la vie, donc n’oubliez pas de les utiliser. En photo sous-marine, vous pouvez utiliser le mode Auto, mais en général celui qui donne les meilleurs résultats est le mode nuageux, qui a pour effet d' »enlever du bleu ».

Il existe aussi sur beaucoup d’appareils experts (la série des Sony RX100 par exemple), le mode manuel, permettant de faire soi-même sa bdb. Ce mode permet alors d’étalonner la bdb à l’aide d’une « référence », souvent appelée « charte de gris ». Pour cela, il suffit une fois sur le mode manuel, de prendre une photo en pointant la charte, elle-même placée dans la scène à prendre en photo. C’est un peu plus fastidieux à faire, mais l’on obtient un résultat plus précis. C’est notamment cette méthode qu’il faut utiliser lorsque l’on fait de la vidéo en lumière naturelle et que l’on souhaite obtenir de belles couleurs.

Faire la balance des blancs manuellement

Balance des blancs manuelle à l’aide d’une charte de gris

  • Régler la balance des blancs en post-production

Le réglage de la bdb lors de la prise de vue, est à utiliser surtout si vous ne prenez pas vos photos en .RAW. En effet, la prise de vue en .JPEG (format déjà traité par le logiciel interne à l’appareil et compressé) ne permet qu’une très faible marge de retouche en post-production. Si votre bdb est mauvaise, vous pourrez la rattraper un peu avec un logiciel, mais plus vous modifierez, plus vous perdrez en qualité d’image.

Et c’est là tout l’avantage de la prise de vue en .RAW. Format brut (à l’image des diapositives) de l’appareil, il permet une retouche sans perte de qualité. Vous pourrez ainsi très facilement régler votre bdb à l’aide d’un logiciel de retouche comme par exemple Lightroom. Je peux vous conseiller également ACDSee.

Sur ces deux logiciels, le réglage de la balance des blancs est similaire et simple à utiliser. Sur ACDSee, il est accessible via le mode Éditer ou Développer (mode spécial pour le .RAW). Sur Lightroom, c’est dans le mode Développement que vous le trouverez.

Voici comment ils se présentent :

Le réglage peut se faire de trois manières :

  1.  En utilisant la « pipette », le sélecteur de balance des blancs. L’idée est de positionner cette pipette sur une zone de votre image qui dans la réalité doit être gris neutre, c’est à dire sans teinte de couleur. En trouvant la bonne zone, votre balance des blancs sera parfaite !
  2. A l’aide de la liste déroulante (lorsque vous travaillez sur le .RAW), vous y retrouverez les différents réglages de bdb de l’appareil photo utilisé.
  3. Manuellement en modifiant les valeurs de la Température et de la Teinte.

Voici un exemple de balance des blancs réajustée sur un fichier .RAW :

Sur cette image prise en Mer Rouge sur un récif corallien, j’ai utilisé la pipette que j’ai positionné sur le corail en forme de boule en bas à gauche de l’image.

Le réglage de la balance des blancs permet donc de retrouver les couleurs naturelles, celles que l’on voit bien mieux avec nos yeux qui s’adaptent en continue selon la lumière. Chose que l’appareil photo ne sait pas faire en temps réel. Mais il est aussi possible de l’utiliser à des fins artistiques. Je vous en donne un exemple avec cette photo d’un spirographe, sur laquelle j’ai volontairement boosté la couleur bleue :

J’espère que ces quelques conseils pourront vous aider. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et à poser vos questions si besoin. Et si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

36

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.