A la Une ! Matos à la Une Photographie sous-marine

Caisson étanche ISOTTA pour Sony RX-100 (et RX-100 mII)

Caisson ISOTTA RX-100

Le Sony Rx100 et sa version améliorée le RX100 mark II, font pour l’heure, toujours office de référence en terme d’appareil photo compact pour la photo sous-marine. J’utilise le RX100 depuis plus d’un an, et je viens de l’équiper d’un nouveau caisson étanche… de chez Isotta !

Caisson étanche Isotta

Parmi les caissons « alu » sur le marché, il en est un qui aura certainement attiré votre attention. D’un rouge flamboyant, il se démarque avec un physique hors norme. Me direz-vous, on ne juge pas un caisson étanche par son physique… Je suis 100% d’accord avec vous, et je continue ! Je vous présente en détails ce caisson Isotta pour RX100.

La première fois que j’ai eu l’occasion de prendre un caisson Isotta dans les mains, j’ai tout de suite compris à quoi j’avais affaire ! Robustesse et fiabilité sont les premiers mots qui me sont venus à l’esprit. Et en le scrutant dans les moindres détails, on s’aperçoit vite que celui-ci est terriblement bien conçu.

Caisson étanche Isotta, une fabrication italienne robuste et fiable !

Caisson Isotta Sony RX100 Entièrement en aluminium, il bénéficie d’une anodisation lui conférant protection ainsi que sa belle couleur rouge. Un rouge qui rappelle une certaine marque de voiture (au cheval cabré)… normal, les deux ont la même origine : l’Italie, où Isotta fabrique du début à la fin ses caissons.

Caisson étanche Isotta RX100Étanche à 100m, Isotta met l’accent sur la sécurité : la porte arrière est pourvue d’un double joint d’étanchéité et d’un système de fermeture sécurisé et bien conçu. A noter que la porte s’enlève complètement. L’ouverture, le positionnement de l’appareil et la fermeture sont pourtant un jeu d’enfant. Le Sony Rx100 vient se loger sans aucune difficulté au milieu du caisson, il suffit de le déposer dedans. A l’intérieur, un système électrique permet de vous avertir en cas d’entrée d’eau, en faisant clignoter une led rouge à côté de l’écran. Un dispositif grâce auquel un appareil peut être sauvé, car la plupart du temps lorsqu’il y a une entrée d’eau (à cause d’une saleté sur le joint à la fermeture), celle-ci se fait dès les premiers mètres d’immersion.

Le hublot avant, muni d’une vitre en verre optique, possède un filetage en 67mm, prêt à recevoir vos compléments optiques. Une petite fenêtre permet d’utiliser le flash interne avec le diffuseur fourni. Si vous utilisez plutôt un ou deux flashs externes, le cache qui se visse devant la fenêtre possède 4 prises, permettant de brancher 2 flashs en fibre optique avec terminaison nue, ou bien avec terminaison type Sea&Sea.

An niveau prise en main, le caisson reste relativement petit et tient bien dans la main, avec l’aide des grip que l’on retrouve à l’avant où viennent se positionner les doigts, juste après un renflement qui augmente le maintient, et sur le côté droit au niveau de la paume de la main.

Caisson ISOTTALe déclencheur, situé à côté de la commande zoom, possède une « course » assez longue, et permet de facilement faire la mise au point.

A l’arrière, chaque bouton est isolé, et accompagné du pictogramme de la fonction attribuée, ce qui facilite l’utilisation de l’appareil. On retrouve également 3 boutons tournant : 2 à l’arrière pour changer le mode de prise de vue, et pour faire tourner la molette arrière de l’appareil, et un à l’avant, en bas à gauche du hublot pour actionner la grande bague autour de l’objectif. Un peu sceptique quand à l’utilisation de ce dernier la première fois que j’ai vu ce caisson, et après avoir utilisé un caisson Recsea avec bague tournante autour du hublot, j’avoue que ce système est finalement simple à utiliser et efficace. J’avais peur qu’il soit moins accessible, mais il n’en est rien.

La fenêtre arrière de l’écran permet une parfaite lisibilité, et son renfoncement de quelques millimètres par rapport au corps du caisson, permet une certaine protection contre les chocs et les rayures.

Enfin, comme vous l’avez vu dans le titre, le caisson est (presque) le même pour le RX100 et le RX100 II… En effet, seule la porte change ! Ça aurait été trop beau me diriez vous… Un détail pris en compte par Isotta, qui permet d’acheter uniquement la porte pour ceux qui passerait d’un appareil à l’autre.

En choisissant Isotta, en plus d’être un gage de qualité, vous privilégiez également une entreprise familiale européenne, et un impact réduit sur l’environnement… Pensez-y !

Maintenant je vous présente le caisson en vidéo, pour vous faire une meilleure idée :

Les caissons Isotta sont en vente chez Plongimage.

Retrouvez aussi le test du caisson étanche Isotta pour le Canon G5X !

 

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

5 Commentaires

  • Bonjour, je suis très intéressé par le RX 100II et le caisson Isotta. J’ai actuellement un Canon G12 et un flash YS-D1 avec une liaison optique, c’est à dire que le flash intégré pilote le flash externe … et je me tape les temps de rechargement du flash interne alors que sur l’externe c’est instantané (sans parler de la batterie de l’APN qui se vide beaucoup plus vite). Je suis donc à la recherche d’un compact qui puisse piloter un flash externe en TTL SANS utiliser le flash interne (donc liaison via la prise flash + cordon électrique 5 broches). A priori ça n’est pas possible sur le RX 100 (tous modèles). Qu’est-ce que tu utilises comme flash, comment set-il connecté et comment l’appareil est-il réglé ? Le TTL fonctionne-t-il ?
    Merci pour tes infos 🙂
  • Bonjour Patrick !
    Très étonné de lire que le flash externe se recharge plus vite que l’interne ! En général, c’est largement le contraire… le flash de l’appareil est quasi instantané… l’externe tout dépend de la puissance sur laquelle on le règle et des piles utilisées.
    A mon avis, c’est l’appareil qui doit avoir un problème.
    A mon sens, il n’y a pas mieux que la fibre optique… même les caissons reflex passent tous à la fibre !
    Moi j’utilise le RX100 en caisson Isotta, et flashs D2000 et S2000… aucun problème. Le TTL fonctionne, mais j’utilise le tout en manuel, donc je ne m’en sers pas.
  • Bonjour,
    encore un article très intéressant !
    Tout d’abord, pour faire mentir les statistiques de l’article, mon caisson à bien pris l’eau à 60 mètres, il n’aura pas supporter la pression des 60 mètres, qu’il aura garder jusqu’à la surface. Impossible de l’ouvrir par le mécanisme d’ouverture classique, j’ai du retirer le tube d’objectif pour rééquilibrer la pression avec un grand pschitt pour réussir à l’ouvrir.
    Du coup, un appareil a remplacer.
    Je m’interrogeais donc sur le RX100 et son ergonomie. En regardant les test du RX100, il m’a semblé que les commandes d’ouverture, vitesse, correction d’exposition, mise en marche du flash forcé, macro, … n’était pas toutes directement accessibles ? Qu’en est il exactement surtout que tu disais photographié en mode manuel, comment procèdes tu pour régler l’ensemble des paramètres ?
    Pour moi qui suis habitué à la serie G de chez canon, je trouve toutes ces fonctions directement accessible très pratiques.
    Merci.
  • Bonjour Bruno !
    Et tout d’abord merci 🙂
    Pour la noyade de caisson, je parlais dans l’article dans le cas où il y a un « problème » sur celui-ci… disons une prise d’eau anormale. Dans ton cas, il s’agissait de quel caisson ? A mon avis un caisson plastique étanche à 60, non ?
    Je pense qu’il s’agit là d’une noyade sur un caisson qui a atteint sa limite de solidité face à la pression…
    Dans le cas de l’Isotta, celui ci est étanche à 100… voire plus, mais le fabriquant donne 100m.
    Rassure-toi… le Sony RX100 permet d’accéder directement à toute les fonctions et son caisson idem !!! Par exemple, le réglage de l’ouverture peut se faire de l’arrière ou bien par la molette avant; la vitesse pareil ; le flash est accessible via un bouton à l’arrière… et pour la macro ? Eh bien c’est simple… il n’y a pas de mode macro sur le RX100 car il le fait automatiquement ! Venant de Canon, la première fois que j’ai eu le Sony dans les mains, j’ai cherché le mode macro pendant 10 min forcement…
    Le RX100 est un must, très complet, on a accès à tous ! L’interface est un peu plus complexe que chez Canon, mais on s’y fait rapidement.
    Tu peux jeter un œil sur mes récentes photos des Maldives http://www.zesea.com/Zeblog/plongee-aux-maldives-les-atolls-du-centre-version-croisiere-bio/
    N’hésite pas à me recontacter si tu veux plus d’infos.
    @+ !
  • Bonjour Antony,

    Mon caisson noyé était un Recsea en alu donné pour 100m. Il a pris un peu l’eau à 60 mètre, pas complètement, j’ai vu a peu près 0.5 cm d’eau a travers la vitre. Mais suffisamment pour noyer l’appareil photo. A la remonté, l’eau ne rentrait plus, par contre la pression est restée, impossible de l’ouvrir par le mécanisme classique, j’ai du déverrouillé le fut d’objectif, avec un grand pschitt de rééquilibrage de pression. J’ai examiné le joint arrière pas de poussière ou autre de remarqué. Je pense que l’eau a pu s’infiltrer par les joints de bouton, peut être un peu usé, le bouton d’allumage se bloquait ! Je pensais les changer, de nouveaux joints attendaient dans leurs pochettes.

    Finalement j’ai craqué pour un RX100 II quasi neuf, dans un caisson Ikelite, une affaire intéressante. J’aurai préféré un caisson alu, mais bon, mon binôme plonge régulièrement, 1 fois par semaine minimum depuis 2 ans avec son rx100 dans un caisson ikelite, et n’a pas connu de problème. Son matériel a bien encaissé les dernières descentes a 60. Donc voilà ces éléments m’ont convaincu, le prix moindre aussi.

    A première vue, pour la même famille de compact, le caisson est un peu plus lourd qu’un caisson alu, un peu plus encombrant aussi.
    Les boutons et molettes répondent bien jusqu’à 60 mètres. Seul la molette faisant tourner la bague d’objectif est dure a utiliser, même en surface, il faut fortement l’enfoncer pour réussir à tourner la bague.
    Pour mes tous premiers tests, j’ai apprécié la richesse des couleurs, la nuance des bleus notamment est plus riche que sur mon ancien G12. Le manque de bouton a accès direct aux fonctions comme le G12 n’est pas gênante, on retrouve facilement l’essentiel des fonctions.
    Peut être, un peu moins de précision sur la mise au point, lorsque la lumière manque, sous les surplombs par exemple. J’ai un peu de difficulté a accrocher de grosses loches planquées sous des patates de corail, ou des murènes sur un tombant.
    A retester tout ça lors de prochaines plongées, et puis essayer la macro avec ma bague Inon se vissant directement sur le caisson ikelite de diamètre 67mm.

    Merci encore pour les conseils, et le site très intéressant et instructif.

73

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.