Parfait ! Vous vous trimbalez votre beau caisson photo étanche depuis quelques temps, vous sentez que vous avez progressé et vous souhaitez faire évoluer votre matériel pour améliorer vos photos ! Classique…

On a tous commencé plus ou moins de la même manière, avec uniquement le caisson pour son appareil photo. Oui mais voilà, sur les 2/3 des photos apparaissent de vilaines particules très désagréables esthétiquement. Normal, puisque le flash interne de l’appareil éclaire de face les particules qui se trouvent entre votre caisson et le sujet. La solution : opter pour un flash externe qui sera déporté à l’aide d’un bras de plusieurs dizaines de centimètres. De cette façon, la lumière du flash éclairera votre sujet sans éclairer pleinement les particules face à vous.

Cependant, pas simple de choisir ses bras de flash (qui peuvent également servir à fixer une lampe pilote ou un petit phare).

  • Les bras articulés à boules

Bras articulé DyronLes premiers bras vers lesquels vous vous dirigerez seront certainement les bras articulés à boules. Je dis « certainement » parce que ce sont les moins chers ! Ce qui ne veut pas dire les moins bons. Tout va dépendre de votre usage. Ils sont particulièrement adaptés aux photographes loisirs, qui veulent tout de même faire mieux que sans un flash externe, sans trop dépenser. Ils sont également extrêmement simples d’utilisation, puisqu’ils suffit de leur donner la forme que l’on souhaite en faisant jouer les boules les unes avec les autres (Possibilité d’obtenir un angle de 90° avec 3 éléments seulement).

Ils sont aussi l’avantage d’être modulables, on peut enlever et ajouter autant de « boules » que l’on souhaite (compter en moyenne 8-10 éléments pour avoir une longueur satisfaisante). Pour cela, il faudra un peu d’huile de coude pour séparer et remettre les éléments… perso, c’était avec un marteau et un chiffon pour ne pas les abîmer. Plutôt rassurant ceci-dit, puisqu’il est peu probable de les casser sous l’eau… à moins de forcer dessus comme un bourrin !

Points forts : peu chers, robustes, faciles d’utilisation

Points faibles : les boules peuvent s’user au fil des années et glisser trop facilement, quelques couinements lorsqu’on les tord (pas vraiment gênant, mais y’aura bien un binôme taquin pour vous le faire remarquer)

  • Les bras en carbone

Bras-carbone CarbonarmChangeons de catégorie avec des bras haut de gamme. Les bras « carbone », en plus d’être esthétiquement agréables, sont extrêmement robustes et très légers. C’est l’idéal dès que votre configuration commence à peser un peu trop lourd. Pensez qu’un matériel trop lourd sous l’eau peut-être source d’efforts trop intenses durant votre plongée et risque d’être problématique en cas d’évolution anormale de votre plongée.

Ces bras vous assurent d’alléger votre matériel au maximum. Ils s’utilisent généralement avec 2 modules carbones pour un bras et accompagnées de « clamps » qui se serrent et se desserrent et leurs permettent une libre rotation. La manipulation demande quelques coups d’essaie au début. Il suffit de trouver le bon serrage permettant aux bras de ne pas bouger d’eux-mêmes tout en restant maniables.

Ils sont plutôt destinés aux photographes un peu plus exigeants, et qui plongent relativement souvent pour faire de la photo car ils représentent un petit investissement. Mais si vous choisissez ce type de bras vous mesurerez rapidement tout le confort !

A titre personnel, je ne peux que vous conseiller les bras de la marque Carbonarm, fabriqués en Europe.

Points forts : très robustes, esthétiques, légers

Points faibles : le prix, demande un peu d’habitude à l’utilisation

  • Les bras flotteurs

Bras flotteur HugyfotBras flotteur HugyfotPour les configurations les plus lourdes, il existent différents moyens pour alléger votre matériel. Je viens de vous parler des bras en carbone. Il existe aussi des flotteurs en mousse à rajouter autour des bras, et certains fabricants ont conçu tout simplement des bras flotteurs. C’est le cas de Carbonam, mais également de la marque connu Hugyfot, avec un modèle très intéressant. A positionner à la place d’un des éléments ou en plus, ce bras flotteur à la particularité d’être à flottaison réglable ! Conçu en aluminium, il possède un bouton qui permet lorsqu’il est nécessaire de faire rentrer de l’eau à l’intérieur du module, comprimant ainsi l’air intérieur (qui ne s’échappe pas) et réduisant sa flottabilité. A la remontée, il suffit d’appuyer de nouveau sur le bouton pour évacuer l’eau.

Points forts : très robuste, augmente la flottabilité, flottabilité réglable

Points faibles : le prix (mais remplace un éléments du bras)

  • Les bras en alu

Il existe également des modules de bras en aluminium, notamment de la marque UltraLight, certainement la plus connue et la plus fiable. Dans la même gamme de prix que les bras carbone, ils sont cependant plus lourd dans l’eau et à mon sens moins intéressant (mais j’avoue ne pas les avoir utilisé).

 

Ces bras se fixent sur une platine munie de poignées (1 ou 2 poignées selon les modèles). J’utilise une platine double poignée en aluminium, que j’apprécie pour sa faible épaisseur et sa légèreté. Une platine double permet d’une part de disposer de 2 bras, pour y fixer 2 flash ou bien un flash et une lampe, mais également de pouvoir maintenir plus facilement d’une main ou de l’autre votre matériel.

Quoi qu’il en soit, choisissez bien votre configuration selon vos attentes et vos besoins. Après une prise de tête pour le choix de votre appareil, puis de son caisson… vous savez ce qu’il vous reste à faire ! ;)

Vous trouverez ce matériel dans la boutique de Plongimage que je soutiens dans sa politique visant à favoriser des produits fabriqués en Europe.


 

 

Des articles qui pourraient vous intéresser :