A la Une ! Biologie marine Matériel plongée

Plongée de nuit : pourquoi et comment ?

Plongée de nuitVous vous êtes sans doute déjà demandé, au cours d’une plongée sous un beau soleil réchauffant la surface, à quoi pouvait ressembler le même endroit pendant la nuit… La même chose dans le noir ? Quel intérêt après tout ? Détrompez-vous… la plongée de nuit, même sur un spot que vous connaissez par cœur, vous donnera l’impression de découvrir une nouvelle plongée. Alors pourquoi ne pas franchir le pas ?

Mais avant de commencer, attention ! Évidemment la plongée de nuit ne s’aborde pas tout à fait comme de jour. Lorsque le soleil brille, on ne se perd pas vraiment, ou du moins on y voit à  360°. Il y a (presque) toujours moyen de pouvoir se repérer. La nuit c’est autre chose. On peut se perdre très facilement, même à  un endroit où l’on est passé des dizaines de fois. Et ceci est du en grande partie au fait que tout ce que vous voyez se situe dans le faisceau de votre phare de plongée. Il suffit que sur votre chemin, vous rencontrez un sympathique habitant de la planète Mer, et hop… après avoir fait deux tours sur vous même, vous voilà  totalement désorientés ! Donc autant vous dire, qu’il vaut bien mieux réserver cette activité à  un endroit que vous avec déjà  longuement exploré de jour, plus encore si vous plongez hors structure, et même du bord.

Il est bien sûr important de s’équiper d’un bon phare (j’en parlerai d’ailleurs bientôt), avec une préférence pour moi, pour un faisceau large, qui éclairera une zone plus grande devant vous. Soyez sûr de l’autonomie de celui-ci… ou bien prévoyez une lampe de secours. Optez pour un phare à  LED, qui aura une autonomie de plusieurs heures, contre une cinquantaine de minutes pour un halogène la plupart du temps. De plus, les LED ont une intensité qui diminue progressivement lorsque le phare est déchargé, les halogènes en général vous font la surprise… Il existe également des petites  loupiotes qui émettent à  intervalle régulier un flash assez puissant, ce qui permet de repérer facilement votre  binôme, mais aussi de vous baliser efficacement lorsque vous refaite surface. Le poulpe à  long bras, exclusivement nocturne !

Il est bon d’emmener avec soi un couteau. Le champs de vision étant réduit, un filet de pêche ne se verra qu’à  quelques mètres selon votre éclairage, mais aussi selon la visibilité. Mieux vaut prévoir le pire !

Ne perdez pas de vue votre binôme, observez-vous régulièrement et pensez à  communiquer. Les sens sont mis à  rude épreuve lors d’une plongée de nuit… Mais alors, me diriez-vous… pourquoi s’acharner à  vouloir plonger dans ces conditions ???

La plongée nocturne offre d’une part,  de nouvelles sensations. S’enfoncer dans le noir avec comme seule fenêtre le champs de votre phare. Bizarrement, je remarque que la nuit on entend beaucoup plus les bruits sous-marins… peut-être que dans le noir les sens qui peuvent fonctionner se développent… vous ferez l’expérience !

D’autre part, et c’est pour moi le plus important, la nuit est un moment particuliers dans la nature. Alors que certains animaux, se camouflent, se mettent à  l’abri pour espérer survivre jusqu’aux premiers rayons de soleil, d’autres sortent enfin. C’est ainsi que l’on peut observer un grand nombre d’espèces que l’on ne peut voir de jour. Par exemple, le poulpe à  long bras, bien moins connu que le poulpe commun qui attire tant les plongeurs (et les chasseurs…), est une espèce exclusivement nocturne. Tout comme l’oursin diadème.

Dans les fonds sableux, c’est toute une faune qui apparait, alors que pendant le jour, cette zone semble désertique. Poissons lézards, vives, casques, murex, anémones, crevettes… et j’en passe ! Avec beaucoup de chance, on peut même observer les girelles qui s’enfouissent dans le sable… Regardez bien… la nuit les girelles, pourtant si nombreuses de jour,  ont disparu !

En pleine eau, vous aurez même la surprise de voir les poissons dormir, comme les athérines, immobiles, que vous pourrez presque pointer du doigt…

Allez, tentez l’expérience, vous verrez, vous allez découvrir une nouvelle façon de plonger !

Bonnes bulles à  tous !

Laisser un commentaire

9 Commentaires

  • Tiens, cela fait super longtemps que je n’ai pas fait une plongée de nuit. Je me réserve ce plaisir en Egypte quand le soleil se couche tôt. En été en Méditerranée je n’ai jamais le courage de me mettre à  l’eau après 22 heure.
    Comme tu le dis, c’est un autre monde, j’adore cette ambiance et j’aime descendre dans le noir complet. Et puis on voit les vrais couleurs. C’est magique.
    Voilà , maintenant je regrette de ne pas avoir plongé cet été la nuit.
  • l’été n’est pas finit Denis ! la partie sécurité est bien détaillée , si j’ose je rajouterai un compas et une lampe à  éclats que l’on fixe prés de la robinetterie et aussi une bonne dose de rigueur de jour comme de nuit !
  • Salut Denis !
    T’as raison, c’est vraiment un autre monde… Plus difficile à  faire l’hiver, avec le froid ! Alors faut en profiter l’été. Si l’envie te prends un de ces 4 de venir (re)tremper tes palmes du côté de Marseille, ce pourrait être un bon programme 😉
  • Aaahhh la lampe à  éclats… c’est la fameuse loupiote que je décris Marco ! J’avais zappé le nom… LOL…
    (Y)
  • bon, ben c’est fait. Plonge by night à Sausset, près de la Calanque du Petit nid (« la main » ?). 85 mn, 13m, 19°C, sortie à 22h30, rascasses à gogo, cigales, poulpes tachetés, bébé seiche, … Voilà, plongée de nuit parce que l’on ne voit pas du tout les mêmes choses que de jour, pour les ambiances si particulières, cette sensation de sérénité …
  • Plonger de nuit est un expérience incroyable que je recommande à tout le monde!!
77

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.