Bio à la Une Plongée de nuit Plongée Marseille

Plongée à Marseille : quand la nuit tombe à Callelongue…

Lièvre de mer

Pour ceux qui connaissent, la Calanque de Callelongue, pour les marseillais, c’est un peu comme le bout du monde. Et lorsqu’on est plongeur ou randonneur, c’est l’occasion de se dépayser rapidement à quelques kilomètres du centre ville. En face, les îles de Riou, au sud de Marseille, le coeur du Parc National des Calanques. L’occasion une fois de plus de faire une belle plongée en fin de journée…

Lorsqu’on arrive à Callelongue, en laissant la ville derrière soi, les dernières centaines de mètres de la petite route semblent plonger dans la calanque. On aperçoit les quelques bateaux qui trônent fièrement dans le minuscule port, tandis que sur la droite du panorama, les mastodontes de calcaire forment un magnifique archipel, terrain de jeu initial de la Calypso !

Autant dire qu’en plein été, un tel endroit d’évasion est pris d’assaut par les marseillais et les touristes… Passé 9h du matin, se garer devient un véritable calvaire ! Par contre, lorsque l’été touche à sa fin, tout redevient normal. On peut alors profiter pleinement du calme des calanques.

Hier, alors que la météo s’est largement améliorée après un épisode de mistral et de pluie, nous arrivons devant une Méditerranée qui avait pris l’apparence d’un lac.

Je vous ai parlé de la plongée à Callelongue à quelques reprises, notamment lorsque je découvrais cette fabuleuse ancre posé sur le sable, ou bien de cette grotte située à l’extérieur de la calanque. Et bien ce soir là, je découvrais sans le vouloir, une nouvelle zone très riche en plongée de nuit !

Sans le vouloir puisque l’idée de base était d’aller sur l’ancre pour quelques photos, puis de tourner dans la calanque pour faire le tombant gauche…Et c’est en quelque sorte ainsi que débuta la plongée. Puis la nuit tombée, les coups de flash crépitant dans l’obscurité, nous avançons au grès de nos découvertes : lièvres de mer, poulpes, crabes (dont une Dromie velue… que je n’avais jamais vu !), langoustes, crevettes, et nudibranches colorés… Les failles se présentent les unes après les autres devant nous, abritant chacune leur lot d’habitants qui rendent un photographe heureux !

J’avançais alors fièrement, en suivant le tombant, et surtout pensant arriver bientôt au point de départ, non loin du petit port.  Et puis, trouvant le fond bien plus découpé et plus riche que ce que j’en avais vu en plein jour, le doute arriva (enfin !). Après quasiment 80 minutes d’immersion, nul besoin de continuer, gardons les quelques 40 bars en moyenne qu’il nous reste au cas où… On remonte !

Lorsque mon masque franchit la surface, c’est sous un ciel étoilé que m’apparu d’abord l’imposante île de Maïre… impossible à voir lorsque l’on est au bout de la calanque. La calanque ? A gauche… à droite ? Sur le moment, la question me trotta dans la tête. Nous étions en fait 200 mètres à l’extérieur de celle-ci, du côté droit ! (Pour ceux qui ont suivi, j’avais décidé de faire le tombant gauche…). C’est alors que dans une mer des plus calmes, et une température bien agréable, nous rentrions à la palme, fièrement sous les yeux écarquillés des pécheurs du bord…

Une fois de plus, (je le redis et je le répéterai encore, n’hésitez pas à consulter cette article sur la « plongée de nuit »), il est important de faire attention aux conditions météo lorsque l’on plonge la nuit, d’être bien équipé (lampe à éclat, parachute, phares, etc…), et surtout en bonne condition physique, parce qu’il n’est pas rare de se perdre !

Bref, la plongée fut excellente, je vous laisse profiter maintenant de quelques photos !

 

Laisser un commentaire

2 Commentaires

  • La plongée de nuit doit être une très belle expérience. Comme vous le dites, il faut tout de même être bien équipé et surtout avoir une certaine expérience en plongée avant d’y aller de nuit. Ça me parait assez dangereux, et ça me ferait peur de me perdre à la fin de l’activité…
    Je ne connais pas Marseille, mais je peux vous dire que vos photographies donnent envie de découvrir ses profondeurs marines.
    Merci pour ce retour d’expérience.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant, vous recevrez un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.