Biologie marine Destinations à la Une Polynésie Voyage plongée

Plonger à Moorea : les requins d’Opunohu

Requins de Moorea

Me voici revenu les pieds sur terre, suite à mon récent séjour en Polynésie française, sur l’île de Moorea. J’avoue avoir eu du mal à m’en remettre, entre les 12h de décalages « aller et retour » en une dizaine de jours, le rythme marathonien que j’ai du tenir sur place (et oui ce n’était pas « tout à fait » des vacances), et le retour à Marseille où l’hiver approche… pendant quelques jours je me suis demandé comment je pourrais remettre la tête sous l’eau cet hiver dans la grande bleue après ce que j’ai vécu…

Bref… pour ce premier article « Made in Polynésie », entre toutes les belles choses qui m’ont été donné de faire, j’ai décidé de commencer par ce que j’attendais depuis longtemps… mon rêve de gosse : plonger en Polynésie et côtoyer les requins !

Ce matin là, j’ai rendez-vous à 7h40 (je vous avez dit que je chômais pas ! (H) ), au Bathys-Top Dive, dans l’enceinte de l’Intercontinental Moorea. Les 2 centres de plongées, le Top Dive et le Bathys, ont fusionné récemment. Excellent centre, qui possède du matériel de très bonne qualité. Une particularité : les blocs (Alu évidemment) ne sortent pas du bateau entre les plongées ! La station de gonflage est située directement sur le quai, il suffit d’amener les tuyaux à bord. Un luxe !

J’y retrouve Guillaume, le plus ancien du Bathys, bien habitué à plonger avec les squales. C’est ensemble que nous plongerons au large de la magnifique baie d’Opunohu. Nous nous préparons, et Guillaume emporte avec lui, une petite boite percée, remplie de morceau de sardines. Et oui, à Moorea, on fait du feeding, mais uniquement sur le site d’Opunohu.

Nous arrivons sur le site, et le temps d’enfiler les palmes, les premiers requins pointes-noires tournoient autour du bateau… Ce sont les requins les plus communs ici. Mais l’attraction du site vient plutôt de spécimens plus gros, les requins citrons, qui peut dépasser les 3m de long. On le reconnait facilement grâce à sa deuxième nageoire dorsale.

Mais c’est la saison de reproduction, et la plupart sont déjà partis séjourner plus profond… seules quelques femelles sont encore là. Et nous aurons la chance d’en croiser quelques unes. Elles patrouillent lentement sur le fond, et ne s’approchent pas à moins de quelque mètres de nous. Je tente de donner un bon coup de palmes histoire de les approcher un peu plus, mais les squales glissent dans l’eau plus vite que moi…

Guillaume, à côté de moi, trimbale sa boite percée, remplie de sardines, et une bonne centaine de poissons plus ou moins gros gravitent autour de lui… doucement les pointes noires arrivent alors que nous sommes à environ 23m de profondeur. Rapidement, il devient impossible de les compter… 1,2,3…. 4,5,…. j’ai arrêté de compter à 17… il en arrive de partout, je me retrouve parfois obligé de baisser la tête pour en laisser passer un.

Je ne cesse de les observer… Ils ondulent et passent près de nous d’un air curieux mais méfiant, sans aucune agressivité. Je passe un moment de pur bonheur, puis après une quarantaine de minutes, il est temps de remonter… Quelques Mauri (requin pointe noire en polynésien) nous accompagnent.

Sur le retour, nous survolons le lagon de Moorea, en direction de l’hôtel… les images défilent dans ma tête… j’ai réalisé mon rêve… Mais là ce n’est que le début, j’ai encore beaucoup de chose à vous raconter…

Plonger à Moorea avec le TOP DIVE

Aller en Polynésie française

       

Laisser un commentaire

14 Commentaires

0

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.