Matériel plongée Matos à la Une

Suunto Eon Steel, l’ordinateur de plongée version geek !

Suunto Eon Steel

L’ordinateur de plongée est devenu en quelques décennies un outil indispensable pour tout plongeur. Quand les “anciens” plongeaient (et pour certains plongent encore) “aux tables”, avec une planification stricte basée sur les fameux profils carrés, les plongeurs d’aujourd’hui se laissent souvent guider par leur ordinateur. A l’image d’un GPS sur la route que l’on suit “les yeux fermés”. Il faut dire que ces concentrés de technologie sont devenus de plus en plus performants et précis, et donnent l’avantage de calculer la décompression en direct pendant la plongée. Suunto, la société finlandaise, a été un précurseur dans le développement de ces ordinateurs de plongée et fait aujourd’hui office de référence. Ils ont récemment mis sur le marché l’Eon Steel que je vous présente dans cet article.

Je ne fais pas souvent d’article sur le matériel de plongée hormis tout ce qui concerne la photo sous-marine. Mais un coup de cœur peut me faire changer d’avis. Je ne vais pas le cacher, la première sensation que j’ai eu lorsque j’ai découvert l’Eon Steel sur le papier, fût d’abord plutôt mitigée. Notamment en raison de sa taille (la tendance étant plutôt au look “montre”) et une impression d’être un produit destiné aux plongeurs tek. Après l’avoir pris en main et utilisé de nombreuses fois dont une semaine entière en croisière plongée, j’avoue être finalement tombé sous le charme de la création de Suunto.

  • Découverte de l’appareil

suunto-eon-steelComme tous les produits Suunto, l’Eon Steel est livré dans une boite noire qui met en valeur le produit. On découvre une fois celle-ci ouverte, le grand écran LED entouré d’une lunette en acier inoxydable, dont l’aspect rappelle l’aluminium brossé. L’écran en verre hautement résistant est positionné à côté d’une colonne de 3 petits boutons permettant de naviguer dans le logiciel. Afin de le préserver des chocs et des rayures en plongée, une protection souple en plastique est livrée dans la boite. Une fois positionnée, elle protège tout le contour ainsi que l’écran en créant une protection en hauteur autour de celui-ci. On y trouve également un film protecteur, le câble USB permettant à la fois de connecter l’appareil au logiciel DM5 mais aussi tout simplement de le recharger, à l’image d’un smartphone. Pour ceux qui préfèrent, il est aussi possible d’ôter le bracelet classique pour le remplacer par deux cordes élastiques également livrées  avec. Bref, un coffret complet !

Côté ergonomie, les boutons sont très faciles d’accès et assez espacés pour être utilisés avec des gants épais. Si l’Eon Steel peut paraître un poil lourd la première fois que vous le prendrez dans la main, il se fait facilement oublier un fois sous l’eau.

  • Une semaine de plongée sans le recharger !

suunto-beuchat-exocetL’Eon Steel est un ordinateur de plongée rechargeable, alors que la plupart possèdent une pile que l’on change plus ou moins souvent, disons en moyenne tous les deux ans. Pour le charger, il suffit de le brancher via un câble USB sur un ordinateur. Une fois chargé complètement, le niveau de batterie en haut à gauche de l’écran indique le nombre d’heures d’utilisation restante. Avec ses 40h d’autonomie maximum, il est largement possible de plonger avec durant toute une semaine, au rythme de 3 plongées par jour, sans avoir à le recharger.

  • Lisibilité au Top !

Pour moi, le gros point fort de cet appareil est sans aucun doute sa lisibilité. Comme je le disais plus haut, la mode depuis quelques temps est à la montre de plongée. Celle-ci est utilisée en plongée bien évidemment, mais on se plait à la garder également dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui veulent un ordinateur de plongée et uniquement un ordinateur de plongée, autant opter pour le grand écran ! Et pour ceux dont la vue n’est plus parfaite, le confort d’un affichage lumineux et largement lisible est un vrai plus.

Les paramètres s’affichent avec un look très graphique et sautent aux yeux. L’indicateur de vitesse de remontée situé sur la gauche de l’écran est parfaitement lisible et change de couleur selon la vitesse. Tout comme l’indicateur de pression qui peut être afficher de différentes manières selon l’affichage choisi.

Niveau alarme, il n’est pas en reste, puisqu’il est possible de régler notamment, une alarme de pression (si usage de la sonde), de temps de plongée, etc. A noter, qu’en terme de lisibilité, j’ai grandement apprécié l’affichage textuel qui apparait lors d’évènement important (X bars restants, changement de gaz, etc…).

  • Un affichage personnalisable !

Pour les plus geek d’entre vous, sachez que l’affichage de l’Eon Steel est personnalisable. Entendez par là que vous pourrez, une fois l’appareil connecté sur un pc ou un mac, via le logiciel DM5 (Dive Manager 5), modifier la position d’une grande partie des paramètres sur l’écran. Il suffit de cliquer sur le nom de l’appareil, puis de vous rendre dans l’onglet “Customization” pour accéder à la personnalisation. Vous pourrez alors créer les différents écrans comme bon vous semble avec les infos que vous souhaitez. A vous de voir si vous souhaitez plutôt un affichage textuel ou graphique, quels paramètres vous voulez afficher sur le premier écran,etc… Il est possible de paramétrer jusqu’à 4 écrans différents, que vous ferez défiler facilement une fois sous l’eau.

Que vous organisiez une plongée profonde (profondeur / pression / déco), ou une cession photo dans peu d’eau (temps / pression), ou encore une plongée de nuit (compas), chaque immersion est différente, et l’Eon Steel adapte son affichage, et peut-être utiliser facilement quelque soit le niveau de l’utilisateur

 

  • RGBM fused by SUUNTO

L’Eon Steel utilise l’algorithme “Suunto Fused™ RGBM” couvrant tous les types de plongée jusqu’à 150m de profondeur, en alliant deux algorithmes Suunto (Suunto technical RGBM & Full-RGBM). Idéal pour optimiser le temps de plongée tout en minimisant le temps de décompression.

  • Dive Manager 5 (DM5)

suunto-dive-manager-5Suunto ne lésine sur rien, et propose à ses utilisateurs un logiciel séduisant permettant de gérer son ordinateur de plongée (et même plusieurs), le Dive Manager 5 (DM5). Il suffit de le télécharger sur le site et de l’installer, et c’est parti pour l’aventure. Rien de plus simple à utiliser, le logiciel reconnaît l’ordinateur dès que celui-ci est connecté (et les pilotes installés). Les profils de plongée se téléchargent automatiquement et apparaissent dans la colonne de gauche. Le profil de plongée apparait dans le champs principal, avec tous les paramètres associés à la plongée.

Il est également possible de synchroniser l’heure en une fraction de seconde en cliquant sur le bouton “synchronize time”. Attention toutefois à ce que l’heure de votre ordinateur soit bonne.

Encore une bonne raison d’utiliser ce logiciel, vient dans la possibilité de mettre à jour le micrologiciel de l’Eon Steel (et autres ordinateurs Suunto). Dès qu’une mise à jour est disponible, un bouton vous permettra de le faire en quelques secondes. Suunto travaillant sur l’amélioration de ses produits, propose de temps en temps de nouvelles fonctionnalités et améliorations.

Dans sa dernière mise à jour (1.2), Suunto a introduit le planificateur de plongée, la possibilité d’inverser l’affichage (si vous souhaiter par exemple que les boutons soient positionnés à gauche) et d’autres fonctionnalités concernant les paliers profonds et de sécurité.

Voici donc un ordinateur de plongée qui peut suivre un plongeur tout au long de sa progression, de ses débuts à ses immersions les plus techniques (trimix et CCR) et engagées. J’ai été particulièrement séduit par sa lisibilité très confortable et son côté personnalisable, qui permet de modifier l’affichage tout simplement selon le type de plongée programmée.

 

Enregistrer

Vous avez aimé ?

Laisser un commentaire

34

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.