Levé du jour sur les PerhentiansComme chaque matin, j’arrive au Watercolours Dive Center à  09h00, mon pancake banana dans le ventre, profitant encore de l’ambiance des plus paisibles qui règne alors que la journée commence. Doucement, je continue à  me réveiller. Et je sens qu’aujourd’hui, une autre ambiance règne dans le centre… Peter est en ébullition, il va laisser la paperasse de côté pour la matinée. Car ce matin, nous partons explorer la fameuse épave secrète, baptisée « Fish Heaven »… le paradis des poissons. Tout le monde à  le sourire… encore plus que d’habitude ! Nous partirons à  9 sur le bateau, l’épave est loin, il faut être au complet.

Cette épave est une barge, qui a coulé en pleine mer sur un fond de 26m. 2 personnes mourà»ent noyées en essayant de rejoindre la côte. C’est un pêcheur, qui y accrocha son filet qui la découvrit. Il nota le point GPS, pour pouvoir revenir récupérer son filet. Il donna les coordonnées à  Peter, qui une fois sur place trouva l’épave… un nouveau spot de plongée « secret » est né ! Le pêcheur travaille d’ailleurs maintenant avec le Watercolours, et a découvert plusieurs spots.

Nous partons, direction… l’épave ! Anke et Peter, des amis à  eux, Angelo, Nadine et moi. Et le GPS… même 2, au cas où il y en ai un qui tombe en panne . La traversée dure une petite demi-heure, pendant laquelle Peter ne cesse de stresser: au moindre bateau dans notre sillage, on sent son coeur accelérer ! Ouf, ce n’est qu’un ferry de passage. Il tient à  garder l’épave secrète !

Nous arrivons seuls, au milieu de rien; à  proximité, quelques bateaux de pêches sont là , les eaux sont poissonneuses. Alors que nous fermons nos combinaisons, je remarque un logo bien connu sur la combinaison d’Anke, le célèbre espadon de la marque Beuchat, frappé de la mention « Since 1934 – Marseille ». Anke a été la première à  porter la combinaison anniversaire de la marque marseillaise en Asie !

Cachés dans l'épaveNous voici à  l’eau. Peter nous a prévenu, il peut y avoir pas mal de courant. Pour le moment nous ne sentons rien. Nous entamons la descente tous ensemble. Je ne distingue aucune épave sous mes palmes. 12m toujours rien… bizarre… L’eau parait pourtant claire ! Mais quelques mètres plus bas, la situation se corse. Nous entrons vers 18m, dans un épais brouillard… glacé ! Une eau chargée en plancton, et froide, à  me demander sur le coup si je pourrais tenir en shorty. Je regarde la température: 27 °C… nous avons perdu plus de 3 ° d’un coup. Ca devrait aller pour le shorty.

La voici ! Quelques secondes plus tard, elle apparait, camouflée dans son épais nuage de plancton, la barge gît dans une ambiance fantomatique, qui n’est pas sans déplaire à  Peter. Nous nous séparons en 2 palanquées pour commencer le tour de la barge. Je prend alors conscience que pour couronner le tout, nous sommes entrés dans un courant de fond qui rendra la plongée plutôt sportive ! Impossible de rester sur le fond sans palmer.

La barge n’a pas grand intérêt en elle-même. Elle ne mesure que 3m de haut pour 14 de long. Mais elle y abrite une faune exceptionnelle. Le sol est couvert de diadème, attention aux genoux ! Cela faisait à  peine un instant que nous l’avions quitté, que Peter revenant vers nous par-dessus la barge, agite ses bras dans tous les sens en me faisant signe qu’il y a quelque chose à  prendre en photo. Nous le suivons rapidement, en survolant la barge, ce quie me laissera tout juste le temps de voir que celle-ci est couverte de gorgones superbes, se faisant un festin de plancton, tout polypes déployés.

Mais une fois de l’autre côté, plus rien. Peter déçu, nous expliquera qu’il y avait un requin léopard, et qu’il avait fait déguarpir tout le monde pour ne pas l’effrayer le temps que j’arrive avec l’appareil… quelqu’un a du bouger !

Bamboo sharkNous continuons notre tour, sur les flancs percés où je tente en m’approchant de distinguer quelque chose à  l’intérieur. Rien à  voir, c’est sombre, et je n’ai pas de lampe digne de ce nom. Au bout de la barge, une structure est posée en diagonale. En se penchant un peu, nous y découvrirons au moins une dizaine de requins bambou!   Autant dire qu’ils n’ont rien d’impressionnant, mais il est drôle de les voir s’entasser les uns sur les autres… et ils ont un profil sympa ! Difficile de les prendre en photo avec ce courant, sans l’aide d’Angelo et de Nadine, qui me maintiennent calé au fond.

Nous remontons sur la partie supérieure, un vrai jardin de gorgones rouges, jaunes, et pourpres. Au milieu desquelles, les fusiliers passent à  toute allure. Nous assistons au spectacle.

Au bout de 20min, il est déjà  temps de remonter. Nous nous alignons sur le système Padi, et les plongées sont programmées sans palier, mis à  part le palier de sécurité. Nous remontons alors dans la zone lumineuse que nous avions quitté pour trouver l’épave. Rapidement nous apercevons les premiers platax (Spadefish ou Batfish) qui se joignent à  nous. C’est surement la plus belle remontée que j’ai faîte jusqu’à  présent… Ils nous approchent et se font de plus en plus nombreux. Absorbé par la scène, je ne les compte même pas. Nadine le fera: 14! Ils semblent glisser autour de nous, et une grande zénitude s’installe parmi nous. Chacun profite du moment. Nous faisons un peu trainer le palier de sécurité… puis nous refaisons surface, le sourire jusqu’aux oreilles.

Le temps de me libérer de mon bloc, mes plombs et mon appareil-photo, je remets mon masque pour jeter un dernier coup d’oeil. Les spadefish s’enfoncent dans le bleu… ils étaient bien là  pour nous !

Watercolours Resorts and Dive Centre
www.watercoloursworld.com
+60 13 9525 182
watercoloursworld@gmail.com

Des articles qui pourraient vous intéresser :