fbpx
Accueil Biologie marine Plongée Marseille : sur les épaves de Planier

Plongée Marseille : sur les épaves de Planier

par Anthony LEYDET... Plongeur bio
4 commentaires

Eaux poissonneuses de PlanierÇa faisait un moment que je n’avais pas plongé avec Aqua Evasion, de Carry-le-Rouet. Une carte de plongées vierge m’attendait pourtant dans les classeurs du club… L’occasion fut venu ce dimanche de septembre, malgré un temps maussade qui failli me décourager à sortir du lit. Mais la passion l’emporta, sachant tout de même qu’une eau à plus de 22° s’offrirait à nous… mais certainement pas pour longtemps, puisque dès le lendemain, le mistral se mettra à souffler, et pas qu’un peu ! Résultat… sur les deux plongées de la journée, je pense avoir réalisé une de mes plus belles immersions méditerranéennes…

Nous retrouvons à 10h Xavier et Pascal sur le parking de la plage du Rouet. Il est temps de préparer minutieusement le matériel, car nous partirons à la journée… direction le Planier, le célèbre phare situé au large de la rade de Marseille. Au programme, nous ferons deux superbes épaves que sont le Chaouen et le Dalton (sur lequel j’ai plongé de nuit au mois de juin).

Chaouen L’Oversea du club (fabrication marseillaise !) nous conduit droit vers le large, sur une mer à l’apparence d’abord calme, mais nous comprenons vite que le retour sera certainement mouvementé… le vent d’ouest se lève et la houle monte. Nous commencerons par le Chaouen, profitant de la surface encore praticable, même si dans l’anse, “la mer est pointue” ! (oui tout ça pour dire que c’est une vraie bouilloire !). Mais dès la surface percée, c’est déjà un bonheur, l’eau est presque chaude, et annonce 23° ! La visibilité est bonne, et nous faisons le tour du cargo, qui transportait lors de son avarie, une cargaison d’oranges. C’est une vraie “belle épave”, comme celles que l’on trouve en Mer rouge. Elle reste en très bon état, il est même possible de pénétrer à l’intérieur. Un des deux mâts est encore intact. la partie intéressante est le pont que l’on remonte à main droite. Les bancs d’anthias occupent chaque recoin de l’épave et de magnifiques gorgones rouges se nourrissent, polypes déployés, dans les courants.

En fin de plongée, on s’arrête sur l’ancre, imposante, posée sur une dizaine de mètres de fond. En se baladant autour, on peut trouver des petites murènes cachées dans de petits trous. Mais je suis vite impressionné par les dégâts causés par la présence de l’algue envahissante Caulerpa racemosa, une cousine de la taxifolia, qui recouvre complètement certaine parties des petits fonds. Je trouverais même un oursin coiffé de quelques brins de racemosa, et une holothurie qui fait de même !

La pause de midi se fait à terre… en pleine mer ! Nous débarquons au pied du phare et déjeunons sur les marches de l’ancien restaurant. De quoi se remplir un peu l’estomac, vidé prématurément après la première plongée sur une mer houleuse (quand il faut, il faut !), avant de partir pour la deuxième plongée.

Et pour accéder à l’épave du Dalton, nul besoin de remettre l’Anakin (le bateau d’Aqua Evasion), amarré au quai, en marche, puisque nous aurons juste à nous émerger pour y accéder. Et je me rends compte rapidement, que la plongée risque d’être mythique, puisque j’ai la sensation de descendre dans de l’eau de source tant la visibilité est bonne ! Je file mètre par mètre vers le fond, et mon regard se porte vers un mérou, relativement jeune, probablement 5-6 ans… ou plutôt deux mérous… et même trois mérous ! Après les avoir observer, je passe par dessus l’épave, et en quelques secondes, l’impression d’être en mer Rouge m’envahit ! L’eau est absolument translucide, la température plutôt bonne, et des bancs de poissons s’entrecroisent devant mes yeux au milieu de nuages d’anthias ! Je distingue les mâles, aux pectorales allongées et bordées de jaune. Un banc de sars à tête noire se cachent sous les tôles du Dalton et finissent par en sortir les uns après les autres…

Reproduction des concombres de merLa plongée fût absolument fantastique, dur de laisser l’épave derrière nous. Mais une surprise m’attendait quelques mètres plus haut. Remontant le nez fourré sur le fond, je me retrouvais devant un concombre de mer en position particulière… le doute fût levé lorsque je vis jaillir une sorte de filament blanc par une extrémité alors que celui-ci était redressé : c’est la reproduction des holothuries ! C’est la première fois que j’y assiste équipé d’un appareil photo ! Et quelques mètres plus loin, un autre individu fait de même… normal puisque la libération des gamètes se fait de manière synchrone entre les individus… et le plus haut possible, pour qu’ils aient le plus de chance de se rencontrer… la nature est bien faite !

Les plongeurs “déco” partis sur le Messerschmitt profitaient du ballet de quatre poissons lune… Le retour vers la Côte-Bleue fut mouvementé, et nous semblions bien seuls en mer, mais des plongées comme ça, ça se mérite !

[Total: 0 Moyenne: 0]

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

Ces articles vont vous plaire :

4 commentaires

Minimoussa 26 septembre 2011 - 10:40
et dire que j’ai failli réussir à NOUS décourager:) sublimes plongées…
Reply
Anthony 26 septembre 2011 - 10:43
Et oui… Heureusement qu’il y a un homme dans l’histoire pour prendre les décisions ! 😛 N’oublie pas ce que Le Poulpe a dit : “c’est en plongeant…”
En tout cas, tu as été très bien ! Mabrouk !
Reply
Marco Lepoulpe 27 septembre 2011 - 9:53
“…qu’on devient plongeron !” Hé oui ,ou ” on est jamais déçu par la mer ” ou ” remettre toujours au lendemain ce qu’on peut faire la mer Rouge “…..
Reply
Vincent Défossez d'Aquadomia 8 février 2012 - 16:00
Bravo pour votre récit sur ce blog plongée. J’aprécie votre démarche concernant la biologie sous-marine, que je développe également dans l’école Acadomia au sein de laquelle j’essaye comme tout moniteur doit le faire de sensibiliser au respect et à la connaissance du milieu marin. Je vous rejoins aussi complètement sur la magie que dégagent les sites de l’île du planier.
Continuez merci !
Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.