fbpx
Accueil Biologie marine Poissons perroquets – Au service des récifs coralliens !

Poissons perroquets – Au service des récifs coralliens !

par Anthony LEYDET... Plongeur bio
0 commentaire

Ne sont-ils pas surprenants ces magnifiques poissons colorés, arborant fièrement leur puissant bec aux quatre coins des récifs coralliens ? Si vous plongez en mer tropicale, vous les avez forcément déjà observé entrain de grignoter les coraux, même parfois croquer dedans comme on le fait dans une tablette de chocolat… Les poissons perroquets pourtant, jouent un rôle essentiel dans le bon équilibre des écosystèmes coralliens. Alors voici 10 faits importants qui vous aideront à mieux connaître ces sympathiques habitants des récifs…

1 – Qui sont les poissons perroquets ?

Les poissons perroquets appartiennent à la famille des Scaridae, et sont de proches cousins des labres. On compte une centaine d’espèces, réparties en 10 genres, dont la taille des individus varie entre 20 et 130cm de longueur.

2 – Où vivent les poissons perroquets ?

Les scaridae peuplent toutes les mers de la planète se trouvant en zone tropicale ou subtropicale. Ils sont particulièrement bien représentés dans tout l’Indo-Pacifique. Il existe même une espèce présente en Méditerranée, Sparimosa cretense, essentiellement dans le sud et en Méditerranée orientale, mais son aire de répartition semble s’étendre de plus en plus vers le nord, certainement à cause du réchauffement des eaux.

Sparisoma cretense 2

3 – Le plus grand des poissons perroquets

Bolbometopon muricatum est un nom qui ne vous parle peut-être pas, mais il est certain que si vous l’avez croisé lors d’une de vos plongées, vous avez été impressionné… Le poisson perroquet à bosse (Bumphead parrotfish en anglais) est le plus imposant des perroquets, avec un corps qui peut atteindre 1m30 de long ! Très reconnaissable à sa bosse au niveau du front, il est parfois confondu avec le poisson Napoléon, de taille similaire. C’est un poisson calme, qui ne se laisse pas facilement approcher par les plongeurs. Il est fréquent d’observer des groupes de plusieurs dizaines d’individus.

Poisson perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum)

Poisson perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum) dans les eaux de Tubbataha aux Philippines

4 – Un cocon pour passer la nuit

C’est une des grandes curiosités des poissons perroquets, même si elle ne concerne pas toutes les espèces. Certaines sont en effet capables de s’enrober dans un cocon de mucus afin de passer la nuit en sécurité. Les poissons perroquets ont pour habitude de s’installer au milieu des coraux à la nuit tombée. En secrétant un mucus, grâce à des glandes situées au niveau des opercules, ces espèces s’offrent une bulle qui les protège du “monde extérieur”.

Poisson perroquet à cinq selles (Scarus scaber)

Poisson perroquet à cinq selles (Scarus scaber) dans son cocon de mucus

5 – Le “bec” du poisson perroquet

Il s’agit d’une caractéristique majeure des poissons perroquets. Leurs dents sont en effet soudées entre elles (bien qu’on arrive tout de même à les distinguer pour la plupart des espèces), ce qui leur procure à leur bouche l’aspect d’un bec. Composées de fluorapatite, un des bio-minéraux les plus dur qui existent, leur bec est ainsi plus résistant que certain métaux, comme l’or ou l’argent. A voir comment les perroquets aimer croquer dans les coraux, on comprend vite la puissance de leur bec.

Poisson perroquet à cinq selles (Scarus scaber)

Poisson perroquet à cinq selles (Scarus scaber)

Considérés comme des herbivores, les perroquets, selon les espèces, broutent les algues ou croquent littéralement les coraux. Ainsi, ils ingèrent également des polypes de coraux, donc des animaux. Pour compenser l’usure, leurs dents poussent en permanence !

6 – Poissons perroquets, producteurs de sable à grande échelle !

En se nourrissant, les perroquets raclent ou ingèrent des morceaux de coraux à longueur de journée, dans le but d’en extraire les algues dont ils sont friands. Ils sont en effet pourvus de dents pharyngiennes qui servent à broyer les morceaux de coraux pour libérer les algues que le poisson digèrera.

A ce rythme, on considère qu’un poisson perroquet peut transformer jusqu’à une tonne par an de coraux en sable corallien ! Ce sable qui compose une grande partie de leur déjection, et qui tombe sur le fond, permettra notamment de stabiliser les coraux. C’est aussi lui qui formera de belles plages de sable blanc

Poisson perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum)

Poisson perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum)

7 – Une nage particulière

A l’identique des labres, les poissons perroquets utilisent presque exclusivement leurs nageoires pectorales pour nager. Leur nageoire caudale ne leur sert que plus rarement, par exemple pour une accélération dans le cas d’un danger.

8 – Les multiples robes du perroquet !

Pas toujours facile d’identifier les différentes espèces de poissons perroquets, surtout dans les zones où de nombreuses espèces cohabitent. En effet, les couleurs et motifs de la robe des perroquets changent au cours de leur vie. Il y a tout d’abord les juvéniles, puis une phase adulte initiale et enfin une phase adulte terminale. Mais aussi des livrées intermédiaire, notamment concernant les transitions sexuelles.

9 – Anges gardiens des récifs coralliens !

Les poissons perroquets donnent l’impression de représenter une véritable menace pour les coraux. Et pourtant ! La réalité est toute autre. Car sans eux, les récifs coralliens seraient en piteux état. En débarrassant des algues envahissantes à la surface des coraux, les perroquets ont un effet grandement bénéfique.

Poisson perroquet brulé (Chlorurus sordidus)

Poisson perroquet brulé (Chlorurus sordidus)

Il a en effet été prouvé que les coraux grandissent plus vite et sont en meilleure santé lorsque les poissons perroquets sont abondants dans l’écosystème.

Une équipe de scientifiques et d’étudiants de la Scripps Institution of Oceanography de l’Université de Californie à San Diego a choisi des centaines de milliers de dents de poissons, de morceaux de corail et d’épines d’oursins pour dresser un tableau des changements naturels et induits par l’homme sur les récifs des Caraïbes. La chercheuse et auteure principale de Scripps, Katie Cramer, et ses collègues ont utilisé l’approche de modélisation dynamique empirique pour évaluer les relations de cause à effet entre les membres de la communauté.

“Ces résultats révèlent que les poissons perroquets ont en effet un rôle positif et critique dans la santé des coraux, une question très débattue dans la recherche sur les récifs coralliens qui ne peut être résolue par des études sur les récifs modernes qui ont déjà été grandement modifiés par les activités humaines “, a déclaré Cramer, qui a mené la partie panaméenne de la recherche tout en étant chercheur postdoctoral du Smithsonian MarineGEO. “En utilisant les fossiles pour analyser l’état naturel des récifs avant les perturbations humaines, nous avons montré de manière concluante que si nous voulons protéger les coraux, nous devons protéger les poissons perroquets de la surpêche.”

10 – La sexualité des poissons perroquets

Les Scaridés ont l’une des techniques de reproduction parmi les plus complexes mais aussi les plus incroyables. Selon les espèces, on peut trouver des poissons qui naissent mâles (on les appelle mâles primaires), d’autres qui naissent femelles et deviennent mâles (mâles secondaires), et d’autres qui restent femelles toute leur vie. Certaines espèces n’ont pas de mâles secondaires alors que d’autres ont des mâles primaires et secondaires.

On retrouve trois phases très distinctes :

  • La première phase : ce sont les juvéniles
  • La deuxième phase : connue sous le nom de phase initiale, comprend les mâles et les femelles sexuellement matures mais qui sont impossibles à identifier sans examen interne ou observation attentive pendant le frai.
  • La troisième phase : aussi appelée phase terminale, ce sont les mâles matures qui ont des couleurs vives et brillantes, donc facilement reconnaissables
Poisson perroquet bleu (Chlorurus microrhinos)

Poisson perroquet bleu (Chlorurus microrhinos)

Ils vivent en général en harems avec un mâle dominant (en phase terminale). Lorsque ce poisson meurt, l’un des poissons en phase initiale change de sexe et de comportement et devient le nouveau mâle dominant. Il peut même arriver  que les mâles de la phase initiale imitent les femelles et tentent de rejoindre un harem afin d’essayer de féconder des œufs.

 

[Total: 0 Moyenne: 0]

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

Ces articles vont vous plaire :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

62

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.