Rubrique Instaquatic

INSTAQUATIC #10 : DONATOR, récif artificiel grand luxe !

Epave du DONATOR dans le Var

Le Var abrite des plongées exceptionnelles, avec des fonds qui jouissent pour bon nombre de l’apport en biodiversité des eaux du Parc National de Port-Cros. Avec des eaux claires et relativement chaudes durant la saison estivale, il n’est pas étonnant de voir tant de plongeurs fréquenter les lieux. Pour nous provençaux, la meilleure période reste sans aucun doute, la fin de l’été, dès le mois de septembre, et même les mois d’octobre et de novembre. Cette année, j’ai eu la chance d’aller y plonger avec le centre de plongée Aqualonde Plongée, que je vous recommande grandement. Un programme à la journée qui nous emmena sur l’épave du Donator, avant une superbe rencontre avec les mérous de la Gabinière…

C’est justement de l’épave reine du Var dont je souhaite vous parler. Le Donator, aussi connu sous le nom de Prosper Schiaffino, nom qu’il porta après avoir été rebaptisé, est localisé à l’Est de l’île de Porquerolles. C’est le 10 novembre 1945, que venant d’Algérie d’où il ramenait du vin, le Prosper Schiaffino heurta une mine dérivante alors qu’il naviguait à proximité de Porquerolles pour se protéger du mistral. Quasiment coupé en deux à l’avant, le navire coula en quelques minutes, pour aller se poser droit sur le sable à une cinquantaine de mètre de profondeur…

La descente sur le cargo se fait en pleine eau. Le point le plus haut de l’épave se trouve désormais à 36m, mais à longtemps été le haut du mat, à 25m, jusqu’à ce que celui-ci ne s’effondre en l’an 2000. En arrivant sur la poupe, et malgré le courant, on se rend vite compte que ce récif artificiel géant est devenu une véritable oasis de vie. En quelques décennies, le voici recouvert de gorgones rouges géantes  (jaunes pour certaines), et surtout bouillonnant de vie. La nuée d’anthias attire le regard dès la première seconde, on se croirait sur un des plus beaux récifs de Mer Rouge. En bancs compacts, leurs positions identiques trahissent un courant bien présent. Ce fameux courant Ligure, source de vie, qui transporte à la fois nutriments et larves en tout genre. Les gorgones s’en donnent à cœur joie en captant la nourriture du bout de leur polypes déployés.

L’avancée sur le pont du Donator est pleine de surprises et de découvertes. Et les nombreux mérous occupant les lieux semblent vous ouvrir la route. Ils sont tous aussi gros les uns que les autres, et sortent de nulle part. A tel point que l’on se fait vite surprendre par quelques mastodontes déambulant au milieu des gorgones. A tribord, à quelques mètres du Donator, un immense banc de sars forme une boule impressionnante, et semble immobile. En réalité, chaque poisson nage et ensemble ils luttent contre le courant…

18 minutes et il est déjà temps de quitter cette arche de Noé… La remontée jusqu’au palier apporte aussi son lot de plaisir. En pleine eau, le plancton est merveilleux à observer quand on doit attendre de longues minutes avant de percer la surface. Et je me dis déjà que ces 18min sont bien trop courtes pour ce que le Donator peut offrir…

 

 

[Total: 0 Moyenne: 0]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

48