fbpx
Accueil Biologie marine Opération hippocampes dans l’étang de Thau

Opération hippocampes dans l’étang de Thau

6 commentaires

Samedi 05 juin 2010, départ de Marseille à  06h30. Nous partons sur la route nous menant à Sète, au bord d’un étang bien connu des plongeurs “bio”, l’étang de Thau. C’est une des plus grandes réserves d’hippocampes d’Europe, et nous avons rendez-vous avec Patrick Louisy, LE spécialiste des poissons, pour participer à son étude Hippo-Thau sur les syngnathidés dans l’étang. Au programme, nous commencerons par une formation sur la méthode des transects, et sur la description des micro-habitats.

Nous partons alors pour une première plongée à l’anse du Barrou. Je ferai avec Minimouss 3 transects, et nous y verrons un hippocampe en fin de plongée. Un mâle incubant. Chez les hippocampes, la femelle pond les oeufs dans la poche incubatrice du mâle qui les garde jusqu’à  l’éclosion.

Hippocampe mouchetéL’étang est une lagune d’eau salée, de profondeur moyenne de 4,5 m. La faune y est plutôt impressionnante. Outre les hippocampes que l’on est quasiment sûr de rencontrer pour peu que l’on cherche un minimum, les syngnathes aussi sont très fréquents. Les lièvres de mer ce jour-là  étaient en pleine reproduction, on a pu en rencontrer plusieurs dizaines. Il faut dire aussi que les fonds sont favorables à  la vie. Le sable et la vase accueillent une multitude de mollusques (coquillages, limaces), les algues telles que des ulves, des algues brunes et rouges sont le domaine des lièvres, de poissons (gobie, labres, hippocampes,…) et enfin, la présence d’herbiers de zostère (naine et grande), permet également la présence d’espèces adaptées comme les anémones d’herbiers, les syngnathes verts qui miment les feuilles, ou encore de petites limaces….Labre en direction de son nid

Après 82 min de plongée, et sous le conseil de Patrick, nous dégustons une tielle… une spécialité du coin, que je ne connaissais pas ! Une petite tourte  fourrée  d’une garniture de calamars et de sauce tomate épicée. Bref, un délice…

L’après-midi, nous repartons sur le site du Ponton, c’est Hélène Caillaud qui nous guidera sur son “home spot”. Entre le phare et le ponton, nous passerons plus d’une heure à  fouiller entre les blocs rocheux dans 4m de fond.  C’est un endroit plus riche qu’au Barrou, mais c’est aussi l’endroit où il y a le plus de plongeurs… en général. Ce samedi, malgré le grand beau temps, nous n’en croiserons que 3.

C’est véritablement un bonheur sous la surface. Bien que la visibilité ne dépasse pas vraiment les 4-5m, il est facile de voir évoluer la faune à  chaque recoin. Des labres qui font leur nid au milieu d’un champs d’ulve qui ressemble à un nuage de fluoroceïne, un syngnathe vert qui se prend pour une feuille de zostère, les blennies paon mâle arborant leur haut de forme sur la tête… En plus, le site ayant servi de décharge sauvage, on retrouve un grand nombre d’épaves sous la surface (voiture, bateau, pneus…). Même si cela n’est pas très ragoutant, il est intéressant de voir à  quel point chaque substrat, qu’il soit naturel ou artificiel, est colonisé. Même un simple gobelet devient un abris pour un gobie ou un oursin, alors qu’une corde abandonnée devient support idéal pour une colonie de clavelines. C’est un peu notre Lembeh local…

Je n’avais encore jamais mis les palmes dans l’étang de Thau… je pense que je ne vais pas tarder à  y retourner !

Plonger en dérivante : 13 conseils pour de bonnes sensations
[Total: 0 Moyenne: 0]

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

Ces articles vont vous plaire :

6 commentaires

Niki 8 juin 2010 - 11:27
Je n’ai jamais mis les palmes à  Thau mais j’avoue que je rêve de voir des hippocampes en vrai. ça à  l’air superbe comme créature !

Il ne me reste plus qu’à  convaincre mon cher et tendre … Au fait, c’est quoi la température de l’eau là  dessous ?

Reply
Anthony 8 juin 2010 - 18:13
Ah vraiment ça vaut le coup, y’a pas à  dire ! Quand tu iras, pense à  te lester un peu plus que d’ordinaire, l’eau est moins salée, et en général tu restes dans 4-5m d’eau.
Samedi on avait 23 en surface, 21 à  3m.
😉
Reply
Marine(de la Réunion) 9 juin 2010 - 14:20
Je n’ai jamais vu d’hippocampe.Est-ce que tu as vu une tortue?
Reply
Anthony 9 juin 2010 - 19:09
Je suis sà»r qu’en cherchant un peu tu dois pouvoir en voir à  la Réunion !
Oui j’en ai vu une très belle l’année dernière en Malaisie… j’ai même pu l’approcher et nager avec elle 😀
Reply
marco lepoulpe 11 juin 2010 - 18:08
magnifique vidéogramme !
Reply
Sur le coralligène à Figuerolles… | Blog plongée d'Anthony Leydet 3 juin 2011 - 12:49
[…] ou du moins, bien difficile à trouver. Mis à part ceux que l’on peut voir dans l’étang de Thau, c’est la première fois que j’en trouvais un en […]
Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.