fbpx
Accueil Biologie marine Les murènes, mal-aimées des fonds marins !

Les murènes, mal-aimées des fonds marins !

par Anthony LEYDET... Plongeur bio
3 commentaires

Les fonds marins sont peuplés d’innombrables créatures toutes aussi différentes les unes que les autres. La diversité de la vie et l’ingéniosité de la Nature sont fascinantes. Certaines espèces sont d’ailleurs plus ou moins appréciées… Et souvent, l’allure de la bête y est pour beaucoup. On aime les dauphins… ils ont un si beau sourire ! En réalité, ils n’ont pas de sourire du tout ! Les murènes quand à elles font peur. Elles sont craint, et beaucoup les trouvent répugnantes. Avec leurs longues dents acérées et leur regard de sorcière, sont-elles si horribles que ça ? Voici quelques éléments de réponse pour apprendre à les aimer…

  • Les murènes sont des poissons !

Avec leur allure serpentiforme, les murènes sont bel et bien des représentants de la “famille” des poissons osseux (Superclasse des Ostéichthyens, Ordre des Anguiliformes, Famille des Muraenidés). Un crane osseux protégeant la partie antérieure du système nerveux, les branchies ou encore les nageoires sont des caractéristiques qu’elles partagent avec les autres représentant des Actinoptérygiens ( les poissons à nageoires rayonnées).

  • Une peau un peu spéciale pour un poisson

On s’attend souvent à ce qu’un poisson ait des écailles sur sa peau, comme la plupart d’entre eux d’ailleurs. Mais certains n sont dépourvus, comme par exemple les blennies. C’est donc aussi le cas des murènes dont la peau est lisse et sans écaille. Pratique pour un animal dont le mode de vie le conduit à se faufiler dans des trous pour chercher de la nourriture. Il faut parfois faire marche arrière et les écailles seraient un inconvénient pour la manœuvre !

  • La double mâchoire des murènes

Incroyable ! Vous avez Alien, le célèbre film de Ridley Scott (1979) ? Vous vous souvenez de cet horrible créature avec sa deuxième mâchoire à l’intérieur de la bouche ? Et bien, la fiction est bien réelle car ce système existe chez les murènes ! Alors que leurs mâchoires principales servent à attraper solidement leurs proies, une deuxième paire de mâchoires, dites pharyngale, s’étirent vers l’avant à l’intérieur de la bouche en venant du pharynx, et viennent attraper la proie entre les premières mâchoires. Elles tirent alors celle-ci en arrière et permet ainsi à la murène de l’avaler ! Ingénieux… horrifiant… Fascinant !!!

Pharyngeal jaws of moray eels-fr.svg

By Zina Deretsky; Ryan Wilson (pbroks13)
Derivative work: BourrichonPharyngeal_jaws_of_moray_eels.svg, CC BY 3.0, Link

  • Les murènes dans le monde

On compte environ 200 espèces de murènes réparties dans toutes les mers de la planète. Ces espèces, marines pour la plupart, bien que quelques unes vivent en eau douce, forment 15 genres, dont le plus représenté avec 125 espèces, Gymnothorax.

Murène commune mâchoire ouverte

Murène commune (Muraena helena) bouche grande ouverte !

  • Pourquoi les murènes ouvrent et ferment leur bouche en permanence ?

Les murènes doivent créer en permanence un courant dans leur branchies afin de pouvoir respirer correctement. Leurs ouïes sont petites, et les branchies beaucoup plus à l’intérieur que chez d’autres poissons. Souvent immobiles dans leur trou, elles doivent alors générer elles-même un courant pour apporter l’oxygène nécessaire aux branchies. C’est pour cette raison qu’elles ouvrent et referment leur bouche continuellement. On peut d’ailleurs deviner le jet d’eau sortant des ouïes.

  • Souvent accompagnées !

Il n’est pas rare d’observer une murène en compagnie, elles aiment en effet faire de bonnes associations où chacun y trouve son compte. C’est ainsi qu’elles aiment se faire déparasiter par les crevettes symbiotiques. Celles-ci, profitant d’une protection infaillible, nettoient les dents, la peau et l’intérieur de la bouche de leur hôte, et le débarrasse des parasites et des peaux mortes.

Plus stratégique, on peut également observer de courtes associations lors de scènes de chasses. En s’associant avec des mérous, les deux poissons chassent de manière plus efficaces dans les récifs coralliens, augmentant ainsi les chances de capturer des proies !

  • Alors, dangereuse ou pas ?

Pour beaucoup de monde, les murènes sont synonymes de danger, de morsures, bref… un animal à ne pas croiser. Alors, qu’en est-il réellement ? Les murènes sont-elles vraiment dangereuses ?

Sans dire que le danger n’existe pas, penser que les murènes sont des animaux agressifs est une erreur ! Elles ne le sont absolument pas. Premièrement parce qu’elles n’ont vraiment aucune envie de gouter à la chair humaine… Celles-ci se nourrissent essentiellement de poisson. Ensuite, elles ont tendance à être plutôt amorphes et craintives en journée lorsque la plupart des plongeurs les rencontre.

Enfin, des accidents sont déjà arrivés. Mais comme toujours, c’est à l’homme que revient la faute. Attirer une murène avec un morceau de poisson, augmente forcément le risque de créer un comportement agressif. Et en cas de morsure… celle-ci peut facilement arracher un doigt. Faut-il attribuer çà un comportement dangereux ? La réponse est non bien entendu…

  • La plus grande murène

Même si ce n’est pas la plus longue, c’est sans conteste la plus imposante et la plus massive. La murène de Java (Gymnothorax javanicus) aussi appelée murène géante, peut dépasser les 2m50 et les 30kgs ! Elle vit en Mer Rouge, l’Océan Indien et l’Indo-Pacifique.

Giant moray eel in a coral reef

Giant moray eel in a coral reef

  • Un mode de vie nocturne

Les murènes restent en général assez discrètes durant la journée. On les observe souvent dans leur trou, avec la tête qui sort, comme pour observer le paysage. Elles sont alors en phase de repos. C’est la nuit qu’elles auront le plus d’activité, car c’est à ce moment là qu’elles partent en chasse. Il est donc beaucoup plus probable de croiser des murènes en pleine eau, serpentant sur le fond à la recherche d’une proie, lors des plongées de nuit. Quelques espèces ont cependant un mode de vie diurne.

  • Nœud marin !

Fait rare dans le règne animal, les murènes ont l’incroyable capacité d’utiliser leur corps pour capturer leur proie, d’une manière étonnante : elle peuvent en effet volontairement faire un nœud afin de se bloquer à l’entrer d’un trou pour en sortir sa proie plus facilement ! Regardez ça :

J’espère que vous verrez désormais les murènes d’un autre œil ! Vous en avez déjà rencontré ? N’hésitez pas à nous raconter vos rencontres…

[Total: 1 Moyenne: 5]

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

Ces articles vont vous plaire :

3 commentaires

Marc Thiercelin 3 octobre 2018 - 14:03
Jamais rencontré de problème avec une murène, et pourtant il m’est arrivé d’en filmer de très près (scènes de nettoyage avec petit labre notamment). Jamais eu peur, même si une fois je me suis retrouvé face à une énorme murène javanaise, vraiment épouvantable et inquiétante ! Là on ne fait pas le malin, et ne regarde pas de trop près. La dernière vue il y a 15 jours an apnée en Mer Egée, où j’en voie régulièrement dans des fonds peu profonds très près des côtes, dans leur trou. Toujours une surprise et une belle rencontre !
Reply
Franck et Neven 3 octobre 2018 - 20:06
Bonjour Anthony,
Merci pour toutes ces explications simples et intéressantes.
C’est une chose importante, je pense, que de démystifier la mer de ses monstres légendaires. En effet le problème vient souvent de l’homme. Je n’ai jamais vue de réactions agressives à l’encontre d’un homme pacifiste et respectueux. Nourrir les animaux ou perturber leurs mode de vie et une erreur.
Je me souvient, étant jeune, voir des murènes à l’affut au milieux des grandes algues, peut-être des espèces diurnes?
Reply
Veroangot 7 octobre 2018 - 2:39
Clair, concis et documenté, j’aime bien vos articles. Merci de contribuer à faire découvrir la mer aux « terriens », et surtout à montrer que la mer est un lieu de vie (qui fait quand même 76% de l’an planete ), et non un terrain de jeu.
Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

74

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être abonné, et à bientôt sur Le Blog de la Plongée Bio !

Une erreur s'est produite.