La rascasse, un poisson qui a du piquant !

par Anthony LEYDET... Plongeur bio
1 commentaire
La rascasse, un poisson qui a du piquant


Bien connue des plongeurs de Méditerranée (et des amateurs de bouillabaisse), la rascasse est un poisson que l’on trouve aux quatre coins du monde dans les mers chaudes et tempérées. Il en existe en réalité de nombreuses espèces qui appartiennent à la famille des Scorpaenidés. Voici tout ce que vous devez savoir sur ces poissons qui ont du piquant !

La famille des Scorpaenidés

Les rascasses sont regroupées dans la famille des Scorpaenidés au sein de l’ordre des Scorpaeniformes que l’on appelle communément les poissons-scorpion. Ce sont des espèces peu nageuses qui ont la particularité d’avoir :

  • de grandes nageoires pectorales ressemblant un peu à des éventails qui ne leur servent pas à nager, mais plus à se diriger lors de la nage qui se fait essentiellement à l’aide de la nageoire caudale, et sur de courtes distances.
  • des rayons épineux sur ses nageoires qui sont munis de glandes à venin, une arme redoutable utilisée uniquement pour se défendre.

Il existe plus de 200 espèces de poissons-scorpion dans le monde.

poisson-lion sur l'épave du Numidia en Mer Rouge

Poisson-lion (Pterois miles) sur le Numidia en Égypte

L’impressionnant pouvoir de camouflage de la rascasse

Mauvaises nageuses, les rascasses ont développé un moyen de défense bien plus efficace que la fuite, celui du camouflage. Vivant sur les fonds rocheux ou au sein des récifs coralliens, elles ont en effet la grande capacité de se fondre complètement dans le décor !

Une rascasse à tête plate camouflée dans le récif

Une rascasse à tête plate camouflée dans le récif

C’est avant tout grâce au pouvoir de ses cellules de la peau, les chromatophores, que les rascasses peuvent changer de couleur. Selon le fond sur lequel elles se posent, elles adaptent leur robe afin de se fondre parfaitement dans leur environnement. C’est ce que l’ont appelle l’homochromie.

La plupart des espèces arborent également de nombreux lambeaux de peau sur le corps, en particuliers au niveau de la tête. Cela rend son camouflage encore plus réaliste en imitant les algues que l’on trouve sur les rochers.

la rascasse rouge de Méditerranée

Rascasse rouge aussi appelée « chapon ». On voit bien les lambeaux de peaux sur la tête.

 

Les rascasses sont-elles dangereuses ?

rascasse rouge avec ses piquants dressés

Avec ses glandes à venin situées à la base de ses rayons épineux, les rascasses sont la hantise des baigneurs qui redoutent sa piqûre douloureuse. Immobile, la rascasse a pour habitude lorsque l’on s’approche d’elle de dresser les grandes épines de sa nageoire dorsale. Le message est clair !

Les épines dorsales de la rascasse rouge

Les épines dorsales de la rascasse rouge

En Méditerranée, même si la piqûre des rascasses procure une douleur très vive, elles ne sont pas réellement dangereuses (sauf en cas d’allergie). Mais attention, selon la région dans laquelle vous plongez, certaines espèces le sont beaucoup plus et peuvent même être mortelles ! Cela peut être le cas par exemple avec les rascasses volantes.

 

Que faire en cas de piqûre de rascasse ?

Dans tous les cas, une piqûre de rascasse n’est pas à prendre à la légère. Encore plus en mer tropicale avec des espèces plus virulentes.

La piqûre des rascasses volantes est très douloureuse

La piqûre des rascasses volantes est très douloureuse

Le venin des Scorpaenidés est dit thermolabile. Cela veut dire qu’il est inhibé et détruit par la chaleur. Voici les gestes à faire au plus vite :

  • Sortir la personne de l’eau et la calmer
  • Garder si possible le membre concerné en l’air, surélevé par rapport au reste du corps
  • Approcher une source de chaleur de la piqûre, ce qui aura pour effet au bout de quelques minutes d’atténuer l’effet du venin.
  • Nettoyer la plaie
  • Éventuellement consulter un médecin, surtout en zone tropicale.

Concernant la source de chaleur, il faut agir au plus vite. Et l’on n’est pas forcément équipé sur place. Le mieux est d’approcher une source de chaleur à la limite du supportable, sans toutefois brûler la personne. Voici quelques idées :

  • mégot incandescent de cigarette (parfois le plus simple à mettre en œuvre dans l’immédiat)
  • possible aussi avec l’allume-cigare de la voiture (qui en sont de moins en moins équipées)
  • plonger le membre dans une bassine d’eau chaude
  • utiliser un sèche-cheveux sur la position chaud

Il est important également de bien identifier l’espèce d’où provient la piqûre (si possible). En effet, dans le cas d’un poisson-pierre (espèce apparenté aux poissons-scorpion mais pas de la famille des Scorpaenidés), et accessoirement poisson le plus venimeux de la planète, il faudra dans ce également appeler les secours pour une prise en charge dans les plus brefs délais !

Ces méthodes fonctionnent aussi avec les piqûres de vive.

Reproduction des rascasses et durée de vie

Les rascasses sont des poissons le plus souvent solitaires, mais qui peuvent former des rassemblements en période de reproduction.

Mâles et femelles expulsent leurs gamètes qui se rencontreront en pleine eau (reproduction externe). Les larves voyageront quelques semaines avec les courants, avant que la jeune rascasse viennent se poser sur le fond où elle passera le reste de sa vie. Leur durée de vie est de l’ordre de 15 ans environ, variant selon les espèces.

 

La rascasse, une redoutable chasseuse

Leur camouflage performant est un double avantage. Efficace pour leur protection en leur évitant d’être repérées par de potentiels prédateurs, il l’est tout au temps pour se nourrir ! Les rascasses sont carnivores et chassent à l’affût, les petites proies (crustacés, mollusques, petits poissons) qui passent inconsciemment sous leur nez, à l’aide de leur bouche protractile.

Les rascasses volantes elles, chassent aussi de manière plus active, et peuvent chasser en nageant. Il n’est d’ailleurs pas rare lorsque l’on plonge de nuit, de se retrouver escorté par une ou plusieurs poissons-lion qui viennent chasser dans le faisceau du phare !

 

Les rascasses de Méditerranée

Il existe une dizaines d’espèces de rascasses en Méditerranée et sur nos côtes atlantiques, mais ces trois suivantes sont les plus communes : la rascasse rouge également appelée Chapon, la rascasse brune (que l’on rencontre la plus couramment à faible profondeur) et la rascasse pustuleuse.

Rascasse brune - Scorpaena porcus

Rascasse brune – Scorpaena porcus – Marseille

Rascasse pustuleuse - Scorpaena notata

Rascasse pustuleuse – Scorpaena notata – Marseille

Chapon ou rascasse rouge - Scorpaena scrofa

Chapon ou rascasse rouge – Scorpaena scrofa – Marseille

Les rascasses dans les mers chaudes

Lorsque l’on plonge en zone tropicale, on évolue généralement au milieu des récifs coralliens. Dans ce cas là, vous aurez sans nul doute déjà croisé ces espèces :

Rascasse volante de l'Océan Indien - Ptérois miles

Rascasse volante de l’Océan Indien – Ptérois miles – Égypte

Rascasse volante rayonnée - Pterois radiata

Rascasse volante rayonnée – Pterois radiata – Philippines

Rascasse à tête plate - Scorpaenopsis oxycephala

Rascasse à tête plate – Scorpaenopsis oxycephala – Égypte

 

Il en existe beaucoup d’autres espèces un peu partout dans le monde. Soyez prudents, évitez de toucher quoi que ce soit. Approchez-les avec calme et tranquillité pour les observer de près et voir le détail de leur peau !

 

[Total: 1 Moyenne: 5]
NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.

Ces articles vont vous plaire :

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 commentaire

Segonnes Jean Pierre 21 février 2021 - 19:04
Bonsoir Anthony,
Bel article. Pour ce qui concerne la piqûre, je confirme pour en avoir fait l’expérience douloureuse avec une jeune rascasse du bassin d’Arcachon, c’est vraiment très puissant. Je confirme également l’effet bénéfique de la chaleur. Bonne continuation.
JP Segonnes
Reply

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter Lire plus

11
Share via
NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.