30 espèces marines à voir en snorkeling en Méditerranée

par Anthony LEYDET... Plongeur bio
0 commentaire
espèces marines de méditerranée à voir en snorkeling


L’été est bien entendu la période idéale pour s’adonner aux joies du snorkeling en famille, en couple, entre amis, ou même seul en respectant les consignes de sécurité. L’eau est chaude et il est plus agréable de passer de longs moments à observer la vie qui s’agite sous vos palmes ! Si vous le faites de manière occasionnelle, il est fort à parier que vous ne connaissiez que peu d’espèces évoluant dans nos eaux côtières. Alors voici une sélection de 30 espèces à voir en snorkeling en Méditerranée parmi les plus communes…

 

L’herbier de posidonie (Posidonia oceanica)

Ces hautes herbes marines de couleur vert foncé et parfois peu engageantes, forment des herbiers denses qui regorgent de vie. La posidonie est considérée comme l’un des écosystèmes les plus importants de Méditerranée. Cette plante à fleurs (et non pas une algue !) abrite en effet pas moins d’un quart des espèces méditerranéennes.  Ses longues feuilles forment un abri de choix pour de très nombreuses espèces, tout comme son réseau de rhizome à leur base. La posidonie est une espèce strictement protégée.

Snorkeling en Méditerranée : Acetabularia acetabulum

L’acétabulaire (Acetabularia acetabulum)

Cette sorte de petit parasol miniature que l’on trouve par milliers sur les rochers à faible profondeur (au printemps et en été), est en réalité une algue verte. Sa grande particularité est qu’elle est composée que d’une seule cellule géante. Invisible jusqu’au printemps, elle se met alors à pousser, formant une tige montant jusqu’à 5 à 6 cm de hauteur. Elle forme ensuite une ombrelle d’environ 1 cm de diamètre.

Étoile de mer rouge de Méditerranée (Echinaster sepositus)

Très fréquente sur les fonds rocheux, cette étoile de mer est facilement repérable même depuis la surface.  Sa couleur contraste avec la couleur générale de son environnement. D’un rouge vif lorsqu’elle est hors de l’eau,  elle apparaît en réalité orange dès le premier mètre sous la surface, en raison de l’absorption de la couleur rouge par l’eau. On l’observe également au milieu des feuilles de la posidonie, et parfois même au sommet de celles-ci en période de reproduction des étoiles de mer.

Étoile de mer rouge de Méditerranée
Poulpe Octopus vulgaris

Poulpe commun (Octopus vulgaris)

Le poulpe est un animal toujours très sympathique à rencontrer lors d’une randonnée palmée. Avec un peu d’habitude, il est relativement simple de l’approcher sans l’effrayer et d’avoir de petites interactions avec lui. Il est curieux et n’hésitera pas venir vous toucher avec ses tentacules si vous êtes calmes et ne l’embêtez pas trop. On peut les observer dans peu de profondeur, en général dans un trou ou au creux d’un rocher. Sa tanière se repère en général grâce à l’amas de coquilles vides juste devant, signe qu’un poulpe gourmand a élu domicile ! Attention à ne pas le stresser… Il s’enfuira en laissant derrière lui un nuage d’encre !

Seiche commune (Sepia officinalis)

La seiche est un peu moins fréquente que le poulpe mais toujours l’objet d’une belle rencontre. C’est en général lorsqu’elle nage près du fond qu’on la remarque car le reste du temps elle reste camouflée sur le sable en imitant sa couleur, et parfois même s’enfouit pour ne laisser dépasser que les yeux. Elle nage en se propulsant en arrière à l’aide de son siphon qui rejette un puissant jet d’eau. On peut aussi la voir aux abords des herbiers de posidonie.

Gros plan sur la seiche

Oursin violet (Paracentrotus lividus)

C’est l’oursin que l’on consomme en méditerranée durant les mois d’hiver. On le trouve un peu partout sur les fonds rocheux dès les premiers centimètres sous la surface. Il est facilement repérable par sa couleur foncé qui contraste souvent avec son environnement. On le voit parfois recouvert de feuilles de posidonie ou d’algues qu’il utilise, peut-être pour se camoufler. Attention à ne pas le toucher, car ses piquants se cassent facilement dans la peau et peuvent provoquer des infections. Même s’il ne lui ressemble pas, l’oursin est un proche cousin de l’étoile de mer ! il se nourrit d’algues qu’il broute à la surface de la roche.

Holothurie tubuleuse – Concombre de mer (Holothuria tubulosa)

Il ne fait pas de doute que vous remarquerez ce qui ressemble à de longs boudins de couleur marron disséminés un peu partout sur les petits fonds… Ces choses quasiment inertes sous vos yeux sont en réalité des animaux qui jouent un rôle primordial pour la bonne santé des fonds marins. Ils passent leur temps à se nourrir des détritus organiques dans le sable. Ce qui a pour effet de nettoyer celui-ci en permanence empêchant ainsi l’envasement des fonds. Le concombre de mer est constitué globalement d’une bouche, de bras buccaux avec lesquels il attrape le sable, d’un système digestif et d’un anus. Ses déjections que l’on peut facilement observer à côté de lui sont en fait du sable totalement propre !

Grande nacre (Pinna nobilis)

La grande nacre de Méditerranée est une espèce protégée et le plus grand bivalve au monde après le bénitier géant ! On la trouve sur les fonds sableux et à proximité des herbiers de posidonie. Sa taille maximale peut atteindre 1m de haut. Lorsque l’on arrive à observer l’intérieur avant qu’elle se ferme, on peut souvent y voir une ou plusieurs petites crevettes qui y ont élu domicile. Malheureusement depuis 2016, elle est victime d’un parasite et une grande partie des grandes nacres à faible profondeur sont mortes…

Méduse Pélagie (Pelagia noctiluca)

Voici la méduse qui terrorise les baigneurs l’été sur les plages ! Elle est certes très urticantes et mieux vaut ne pas rentrer en contact avec un de ses tentacules. Même si elle n’est en soit pas dangereuse ni mortelle, elle provoque des brûlures très douloureuses pendant plusieurs heures. Mais c’est aussi un animal superbe à observer avec précaution !

Voici dans cet article comment réagir face à une piqure de méduses sur nos côtes.

Anémone verte (Anemonia sulcata)

Cette anémone (même famille que les méduses) est très commune et il est possible de la trouver dès les premiers centimètres sous la surface, sur les zones rocheuses. Bien qu’urticante, elle ne peut pas nous piquer, ses tentacules se colleront simplement sur vos doigts sans gravité. Ils lui servent toutefois à attraper ses proies (petites crevettes et autres crustacés). Si vous arriver à l’observer de près, vous y trouverez certainement des petits crabes des anémones ressemblant à de petites araignées au pattes longues et très fines.

Et chez les poissons, les espèces les plus communes à voir en snorkeling en Méditerranée :

Crénilabre paon (Symphodus tinca)

Voici un des plus grand représentant de la grande famille des labres sur nos côtes méditerranéennes. Il s’agit d’un poisson très communs, dont le mâle arbore une robe très colorées et peut atteindre 40cm de long. Au printemps, il est possible de les voir entrain de confectionner le nid où viendra pondre la femelle. C’est au-dessus des fonds rocheux et des herbiers de posidonie que l’on a le plus de chance de les observer.

Girelle commune (Coris julis)

La girelle commune est un des poissons que l’on trouve le plus en abondance dans les petits fonds de Méditerranée.  Impossible de la louper, on peut l’observer à peu près partout. La nuit elle disparait totalement, après s’être enfouit dans le sable pour rester à l’abri jusqu’au lever du jour. Les mâles sont bien plus colorés et plus gros que les femelles, et sont à la tête d’un harem.

Sar commun (Diplodus sargus)

Le sar (il en existe plusieurs espèces sur nos côtes, mais le sar commun est le plus observé) fait partie du décor dans les petits fonds de nos côtes.  On le reconnaît à sa tâche sombre au niveau de la base de sa nageoire caudale, et les jeunes on de nombreuses stries sombre verticales sur la partie haute de leur corps. Ils peuvent former des petits groupes de plusieurs individus.

Banc de sars

Daurade (Sparus aurata)

La daurade est un des poissons emblématiques de la Méditerranée. Celle qu’on appelle souvent la daurade royale en raison du bandeau doré situé juste au-dessus des yeux, se rencontre dès les premiers mètres, le plus souvent solitaire, à proximité des herbiers de posidonie, les fonds sableux ou rocheux. Sa puissante mâchoire lui permet de se nourrir de mollusques à coquilles ou même d’oursins !

Saupe (Sarpa salpa)

La saupe est un des rares poissons de Méditerranée à former de grands bancs de plusieurs centaines d’individus.  Il s’agit d’un poisson herbivore qui se nourrit d’algues et de feuilles de posidonie. C’est donc à proximité des herbiers qu’on les observe le plus souvent. Les saupes jouent un peu le même effet qu’une tondeuse à gazon sur les herbiers, et ont donc un effet favorable, tendant à les revigorer.

Banc de saupes

Mulet (Chelon labrosus)

Les mulets sont connus pour fréquenter les ports où on les voit facilement juste sous la surface. Mais ils sont bien sûr aussi présent un peu partout sur les petits fonds, parfois même très près du bord dans très peu d’eau. Ils se baladent en général en banc de quelques individus et peuvent atteindre de belles tailles pouvant dépasser 50 cm de long. Ils nagent souvent près de la surface et sont parfois rejoins par un ou deux loups qui se fondent dans la masse… Le mulet est aussi appelé muge.

Loup (Dicentrarchus labrax)

Le loup (appelé bar en Atlantique) est une espèce emblématique car très recherché pour ses valeurs gustatives.  C’est un  poisson vorace qui adulte se nourrit principalement d’autres espèces de poissons. On le rencontre au-dessus des fonds sableux ou souvent également dans les zones de remous près de la surface. Il se mêle souvent au milieu des bancs d’autres espèces comme les mulets.

Loup sous la surface
Loups
Espèces de Méditerranée - Le labre vert (Labrus viridis)

Labre vert (Labrus viridis)

Ce labre au corps allongé porte bien son nom car il arbore une robe verte parfaite pour se fondre au milieu des feuilles de posidonie. C’est d’ailleurs essentiellement à proximité des herbiers qu’on le rencontre. Lorsqu’il est dérangé, il ne tarde pas à foncer dans un herbier pour se cacher. C’est un poisson qui n’est pas facile à approcher car très farouche et qui se déplace en général seul.

Castagnole (Chromis chromis)

Impossible de ne pas voir et être hypnotiser par ces poissons lorsque l’on fait de la plongée ou du snorkeling en Méditerranée ! Ils sont à peu près partout… Les castagnoles, de la famille des demoiselles, forment des bancs assez denses au-dessus des herbiers de posidonie ou des fonds rocheux. Les juvéniles sont très remarquables car ils ont une couleur bleu électrique qui disparait en grandissant !

Serran écriture

Serran écriture (Serranus scriba)

Le serran écriture est un cousin proche des mérous,  et il en a quasiment les mêmes comportements. Peu farouche mais quand même pas téméraire, il se laissera tout de même approcher assez facilement. Il est plutôt curieux et donne souvent l’impression d’hésitez entre s’enfuir et rester ! On le rencontre sur les fonds rocheux et aime aussi se cacher au milieu des feuilles de posidonie.

Rascasse brune (Scorpaena porcus)

Redouté pour ses piqûres douloureuses, la rascasse brune est fréquente sur les petits fonds rocheux parsemés d’algues au milieu desquelles elle est parfaitement camouflée. Sa peau peut en effet changer de couleur et imite à merveille les nuances des algues brunes. Elle est aussi pourvue de lambeaux de peau qui augmente encore son camouflage. C’est une mauvaise nageuse qui reste la plupart de son temps immobile, attendant à l’affût qu’une petite proie passe devant sa gueule pour la gober !

Poissons de Méditerranée - Le rombou (Bothus podas)
Espèces de Méditerranée - Le rombou (Bothus podas)

Rombou (Bothus podas)

Le rombou est un petit poisson plat qui évolue sur le sable à faible profondeur. Souvent immobile, il est très difficile à remarquer tant son camouflage est parfait ! C’est en général quand il se déplace qu’on arrive à le voir. Il se met alors à onduler rapidement juste au-dessus du sable pour aller se poser un peu plus loin. Il est possible de distinguer les mâles des femelles en un coup d’œil : les mâles sont plus plat à l’avant avec les yeux écartés alors que les femelles le sont moins et ont les yeux rapprochés !

Apogon (Apogon imberbis)

L’apogon est un petit poisson de couleur rouge que l’on peut voir à faible profondeur mais toujours dans les endroit sombre. Il faut aller les observer sous les surplombs, petites grottes, ou cavités à l’abri du soleil. Entre le printemps et l’été, on peut voir les mâles avec la bouche pleine d’œufs ! Transmis par la femelle, il les garde à l’abri dans sa bouche jusqu’à éclosion.

Murène commune mâchoire ouverte

Murène commune (Muraena helena)

La murène commune est une petite murène que l’on peut voir assez fréquemment sur les fonds rocheux, où elle trouve un trou pour se réfugier. En général, elle reste plutôt inactive en journée, mais sort la nuit pour chasser. bien qu’impressionnante avec ses dents pointues, elle n’est toutefois pas dangereuse ni agressive. Elle respire en ouvrant la bouche régulièrement pour faire entrer l’eau qui passera dans ses branchies avant de ressortir.

Oblade (Oblada melanura)

Les oblades sont facilement reconnaissables grâce à leur gros point noir au niveau de la base de la queue. Ces poissons généralement en bancs plus ou moins grands. Ils sont très curieux et sont toujours les premiers à arriver dès que quelque chose pouvant ressembler à de la nourriture tombe à l’eau.

Banc d'oblade
Snorkeling en Méditerranée : Crénilabre paon

Crénilabre paôn (Symphodus tinca)

Ce gros labre qui peut dépasser les 40 cm de long, est aussi un des plus colorés, ce qui lui a valu son nom. C’est le mâle mature qui arbore ces jolies couleurs, les femelles sont plutôt marbrées. On le rencontre à faible profondeur, généralement au-dessus des fonds rocheux ou aux abords des herbiers de posidonie. C’est un poisson plutôt farouche qui n’est pas simple à approcher. Au printemps, il est possible de l’observer alors qu’il fabrique son nid !

Gobie moucheté (Gobius incognitus)

Si vous trouvez une anémone verte, regardez bien autour car il y a de fortes chances que vous puissiez observer ce petit poisson. Le gobie moucheté est en effet le seul poisson de nos côtes à vivre en association avec une anémone ! Son camouflage le rend presque invisible sur les fonds sableux.

 

Snorkeling en Méditerranée : le gobie moucheté

Blennie gattorugine (Parablennius gottorugine)

S’il y a bien un poisson marrant à regarder lorsque l’on pratique le snorkeling en Méditerranée, c’est bien la blennie gattorugine (aussi appelée baveuse). Cette grosse blennie qui dépasse facilement 10cm, est aussi une des plus fréquentes. Ses gros yeux qui bougent de manière indépendante lui donnent un air vraiment drôle. Elle est aussi plutôt curieuse, et vous n’aurez pas trop de mal à l’approcher. On les observe surtout sur les petits fonds rocheux recouverts d’algues, ou les petites crevasses où elles aiment se cacher.

Tripterygion rouge (Tripterygion tripteronotum)

Ce petit poisson très coloré est fréquent sur les fonds rocheux dès la surface. Les mâles qui arborent cette joli robe rouge sont plus faciles à voir ! C’est en période de reproduction qu’ils sont le plus éclatant avec leur tête très noire. Ils vivent posés sur les roches et se déplacent par petits bonds.

Snorkeling en Méditerranée : le tripterygion rouge
Snorkeling en Méditerranée : Blennie de Roux

Blennie de Roux (Parablennius rouxi)

Cette jolie petite blennie se reconnait à ses lignes bleues sous la bouche et à sa ligne sombre qui parcoure tout le long de son corps. Elle se rencontre à faible profondeur et jusqu’à une quarantaine de mètres, sur les fonds rocheux où elle trouve souvent un petit trou pour y mettre son corps, ne laissant dépasser que sa tête.

Snorkeling en Méditerranée en famille

Ces espèces sont donc relativement simples à observer en snorkeling en Méditerranée, mais bien d’autres vous attendent…

Excellentes découvertes à tous !

[Total: 1 Moyenne: 5]
NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter Lire plus

0
Share via
NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.

NE LOUPEZ AUCUN ARTICLE !

En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez uniquement un e-mail lorsqu'un nouvel article paraîtra !

Merci de vous être inscrit ! A bientôt :)

Something went wrong.